Blog Blog

Votre aventure BBC Micro:bit {3 min de lecture}

 

Avez vous déjà entendu parler des micro-contrôleurs ?

Ou peut-être connaissez vous déjà le BBC Micro:bit, l’Arduino, l'Adafruit asp32 ou encore le Picaxe ?

Ce sont des petits objets de la taille d’une carte de crédit qui se monnaient pour quelques dizaines d’euros seulement suivant les marques.

 

Dans ce blog, je vais vous présenter le bien nommé BBC Micro:bit que nous utilisons dans nos ateliers et qui est disponible au Club.

 

 

Qu’est ce que c’est?

En 2015, la BBC (British Broadcasting Corporation) et nombre de ses partenaires (ARM, Samsung, Microsoft, Freescale,…) nous l’ont dévoilé, annonçant leur intention d’offrir 1 million de cartes aux enfants britanniques de 11 ou 12 ans, afin de leur donner le goût de la programmation et du développement d’inventions électroniques.

La carte ressemble fortement à un circuit Arduino, en plus fun et plus accessible pour les enfants.

Toutes sortes de créations géniales sont possibles, allant des instruments de musique aux robots.

 

Ses composants

  • Un connecteur bluetooth ;

  • Deux boutons programmables ;

  • Une matrice carrée de 25 LED (5 x 5) rouges programmables pouvant servir d’affichage, notamment pour des motifs animés, du texte alphanumérique déroulant ;

  • Un capteur de luminosité ;

  • Un capteur de température ;

  • Un accéléromètre ;

  • Un capteur de mouvement ;

  • Un magnétomètre ;

  • Plein de ports permettant de connecter des composants électroniques ;

  • et bien plus encore...

Source: Micro:bit  

 

Au code citoyen !

Le Micro:bit se programme facilement dans une interface web, afin de concevoir des inventions mèlant programmation en lignes de code et électronique.

Blocks, Python, Javascript, Scratch: le langage est au choix. Il existe même une application Micro:bit pour Android et Apple.

L’utilisateur créé et écrit son code, qui sera compilé en ligne et pourra être ensuite téléchargé et transféré sur le Micro:bit.

 

Pour s’inspirer

Convaincu ? Venez rejoindre la communauté des Makers!

Vous pouvez trouvez des idées de projet sur le web. En voici quelques exemples:

https://microbit.org/fr/ideas/

http://tech.microbit.org/get-involved/where-to-find/ (Communauté Slack dédiée)

http://microbitfr.blogspot.com/

https://www.youtube.com/watch?v=5bBTvs9sjAo (projet pour débutant)

 

Ou mieux encore, passez au Club de Saverne: vous y trouverez d'autres fans et des animateurs prêts à vous renseigner!

Qui sait, peut-être que certains d'entre vous créeront la prochaine grande invention de demain.

 

Vous souhaitez avoir le vôtre?

Pour le 1e anniversaire du Club Graines2Tech, nous avons lancé un kit Graines2microbit. Vous pouvez nous contacter par ici pour en acquérir un ou passer au Club directement.


 

Notre Kit Graines2microbit en image:

  • la carte Micro:bit
  • le connecteur Edge pour Micro:bit

  • un cable usb

  • un servo moteur avec ses connecteurs

  • un accessoire surprise...

  • et 4 cartes défis pour débuter avec son Micro:bit





 

La Domotique - Projets DIY

Que pensez-vous de rendre votre maison plus « intelligente » ?
Que diriez-vous d’apporter des solutions techniques qui répondent à votre confort?
Au travers de ce blog je vais vous présenter quelques exemples qui rendent tout ça possible grâce à la domotique.
 
Voici ce que j’ai pour vous… et pour mon très cher collègue lolo smiley
 
Carillon (détecteur de passage)
Un petit projet qui est en cours de réalisation dans nos locaux, avec les jeunes de Graines2Tech et Antho leur animateur.
Il arrive que l’un de nous se retrouve seul dans les locaux suivant les activités, les déplacements des uns et des autres de notre sympathique petite équipe.
La configuration de nos locaux nous amène à ne pas toujours être dans la pièce principale où l’on accueille notre public. Afin d’être averti de l’entrée d’un visiteur, nous avons initié un projet de création d’un carillon (actuellement en cours de réalisation) durant les ateliers du mercredi qui sont répertoriés ici (Club de Saverne).
Le nôtre est un carillon simple, mais il en existe d'autres plus complexes. Prenez le temps d’aller voir ce sympathique carillon par exemple, certains fans seront ravis d’en réaliser un.
 
CCTV in progress (souriez, vous êtes filmé)
Comment transformer son Raspberry Pi en vraie tour de contrôle, ou passer en mode Close Circuit TeleVision!
L’heure des vacances est belle et bien finie, peut-être avez-vous eu une mauvaise surprise à votre retour ou tout simplement voulez-vous filmer votre animal de compagnie à l’insu de son plein gré ?
Vous êtes au bon endroit ici et  vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour réaliser un intéressant projet.
Pour cela un peu de matériel sera nécessaire. Vous aurez besoin d’un Raspberry Pi, un card SD, une alimentation et bien sûr une caméra.
 
La poste
Qui ne connait pas la fameuse comptine:
♫ Le facteur n’est pas passé, à la boîte aux leeeettres
Il ne passera jamais, car il est trop bêêêêête
Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche. ♪
Tout ça est de l’histoire ancienne, maintenant soyez le premier averti sur votre smartphone ou AppleWatch.
Le principe est simple: pouvoir être informé de l’ouverture de sa boîte aux lettres par le facteur.enlightened
Pour ce projet, l’achat d’un contacteur de porte est nécessaire, que vous fixerez au niveau de la porte. Une notification vous sera envoyée à chaque fois qu’un colis vous sera livré suite à l’ouverture de la porte. On pourrait imaginer une caméra (notre fameuse CCTV ci-dessus) qui pointe sur la boîte aux lettres pour avoir un visuel de la livraison. Une seule limite : votre imagination.
Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin sur ce site.
 
Le smart poulailler
Par un matin d’été ensoleillé, un de mes collègues s’est levé d’humeur joyeuse comme souvent. Sur le trajet du boulot et après un trop léger petit déjeuner, il décide de construire un poulailler, tout en rêvant de sa futur omelette matinale.
Deux mois après, le poulailler est presque là, les poules toujours pas au fond du jardin, les œufs toujours au supermarché d’en face…smiley
Avant d’inviter ses nouvelles colocataires un peu d’innovation est à prévoir.
L’idée est de permettre un suivi de l’activité au sein du poulailler. Que penseriez-vous de contrôler la température du poulailler pour vous informer du gel ? Ou encore de vous informer quand procéder à la récolte des oeufs ?
Voici un lien vers lequel lolo pourra "domotiser son poulailler" afin de se simplifier la vie et également surveiller ses gallinacés.
 
Restons en contact, inscrivez-vous à notre newsletter, ou plus simplement contactez-nous pour savoir si les poules de lolo sont bien connectées.
 
Partagez vos commentaires et restez à l'écoute pour plus de news les jours à venir.
 
A bientôt dans un futur blog
Marc,
 

Nos projets coup de coeur en financement participatif

Le financement participatif, c'est la possibilité de faire financer un projet par un grand nombre de personnes. C'est l'occasion d'aider à l'émergence de nouveaux produits, avec une récompense en fonction du montant de sa participation: bien souvent, un exemplaire du produit développé.

Chez Graines2Tech, nous sommes à l'écoute de projets innovants ou qui sortent de l'ordinaire, et nous écumons régulièrement les sites de financement participatif tels qu'ulule, kickstarter et autres indigogo.

Dans ce billet, je vais vous parler de ces projets pour lesquels on a eu un coup de coeur!

 

Septembre 2015: La Chasse aux Bugs

Sur la plateforme ulule: https://fr.ulule.com/chasseauxbugs/

Une coccinelle sur un robot, une mission, des pions pour déplacer la coccinnelle et c'est parti!

Quand on nous parle de programmation sans écran, on est "toutouille"! Et quand on nous dit que c'est accessible à partir de 4 ans, c'est encore mieux. On est dans l'informatique qu'on peut toucher, et ça, qu'on soit jeune de 4 ans, ou jeune de 54 ans, c'est vraiment génial!

Octobre 2015: Robo Wunderkind

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/startrobo/robo-wunderkind-a-programmable-robot-for-kids-of-a?lang=fr

Parfois, avec les projets en financement participatif, il y a quelques soucis lors de la phase de production qui allongent les délais. Alors on trépigne, on vérifie ses emails souvent, et on est aux anges quand le colis arrive enfin! C'était le cas avec Robo Wunderkind.

Vous connaissez ces petites briques en plastiques qu'on emboîte? C'est un peu pareil mais avec des briques robotiques: moteurs, lumières, détecteurs en tous genres, tout est là! Il n'y a qu'à emboîter les briques façon puzzle pour en faire un robot. Une app arrive en complément pour contrôler le robot via de la programmation visuelle, tous les ingrédients sont là pour nous faire aimer ce petit robot!

Mars 2016: Cubetto

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/primotoys/cubetto-hands-on-coding-for-girls-and-boys-aged-3?lang=fr

Une légende parmi les projets en financement participatif! Je vous laisse faire un tour sur la page du projet, c'est assez parlant.

Que dire de Cubetto: dès qu'on le sort, on ne parvient plus à le remettre dans le carton. Quel que soit l'âge, il remporte toujours un franc succès: facile à utiliser, à la mode Montessori, c'est un peu un chouchou. Il a une bonne tête, il fait bipbip, et malgré son fonctionnement très simple, il permet d'aborder les structures de base de l'algorithmie. Il a vraiment tout d'un grand.

Mai 2016: The Bugs

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/482165730/the-bugs-the-cooperative-card-game-to-learn-progra?lang=fr

Toujours dans le monde du déconnecté, et sans pile cette fois-ci, voici The Bugs. Un jeu de carte coopératif avec différents modes de jeu, donc des niveaux de difficultés croissants. Idéal pour en profiter avec petits et grands!

L'objectif? Isoler des robots buggés avec des réseaux d'énergie. Tous les joueurs jouent donc ensemble pour s'occuper du petit robot rebelle. Au cours du jeu, différents aspects de la programmation sont abordés: séquence d'instructions, paramètres, exécution parallèle.

Août 2016: Marty

Sur la plateforme indiegogo: https://www.indiegogo.com/projects/marty-the-robot-education#/

Marty: qui es-tu? Marty marche, Marty danse, Marty joue au foot! Et oui, Marty peut faire tout ça, et bien plus encore.

Pour commencer, il faut construire Marty: jambes, bras, moteurs, quelques vis, et le tour est joué! Ensuite, il faut le programmer. Plusieurs possibilités sont offertes, dont la possibilité de programmation visuelle. Et comme Marty est imprimable en 3D, il est aussi extensible, ce qui le rend très attachant.

Juillet 2017: Apidou

Sur la plateforme ulule: https://fr.ulule.com/apidou/

Tous les projets n'arrivent malheureusement pas à terme. Apidou est un de ceux-là.

Apidou, c'est une peluche connectée. Des capteurs positionnés dans la peluche permettent de la faire interagir avec le monde virtuel, un peu comme une télécommande. Le concept nous a beaucoup plu et c'est une ressource que nous aurions bien aimé pouvoir mettre à disposition dans nos Clubs. Avec son interface en mode programmation visuelle, nous sommes sûrs qu'il aurait fait le bonheur des grands et des petits!

Octobre 2017: Botaki

Sur la plateforme ulule: https://fr.ulule.com/botaki/

Dans la boîte, il y a: un jeu, des graines, un pot, de la terre. Wow! L'idée, c'est d'avoir une interaction entre les personnages du jeu et les plantes qu'on fait pousser chez nous, dans le monde réel. Oui, oui, vraiment! Parce que finalement, un jeu dont l'objectif est de devenir un meilleur jardinier, c'est quand même top.

Octobre 2017: Potato Pirates

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/codomo/potato-pirates-the-tastiest-coding-card-game?lang=fr

Celui-là, c'est mon coup de coeur perso je dois dire. Au programme: frites, purée, ou patates rôties, le tout sur fond de piraterie! Ah oui, les basiques de la programmation par-ci par-là...

D'ailleurs, Marc veut passer un message: "vous gagnez tout le temps, c'est la dernière fois que je joue avec vous! cheeky"

La chasse aux bateaux est ouverte, du bonheur en mode patate!

Review Anet A8

Review - Imprimante 3D Anet A8

Je vais vous parler de notre nouvelle venue: Arachne. Une cracheuse de fil, une imprimante 3D ! Une Anet A8 pour être précis. Le constructeur chinois Anet s’est inspiré de la Prusa i3 pour réaliser son modèle A8.

Petite présentation

Côté caractéristiques, la A8 est composée d’un cadre en acrylique noir, découpé au laser. Elle dispose d’un plateau chauffant en aluminium, pour un volume d’impression de 220 x 220 x 240 mm. Elle est compatible avec plusieurs types de filaments d’impression, ABS / PLA / bois / nylon PVA / PP / luminescent.

Côté performances, la A8 dispose d’une seule buse, de diamètre 0,4mm, pour une épaisseur de couche de 0,1 à 0,3 mm. La buse accueille un filament de diamètre 1,75 mm. La vitesse d’impression maximale est de 100 mm/s.

Côté logiciel, l’Anet A8 est compatible avec les logiciels de slicing Cura, Simplify3D, et bien d’autres. En effet pour lancer une impression, il faut placer votre fichier gcode, obtenu après découpage par votre logiciel, sur une carte SD. Ce qui permet le support de plusieurs types de fichiers 3D (.obj, .stl, etc.), mais également de plusieurs types de systèmes d’exploitations (Windows, Mac, Linux), pour peu que vous puissiez y installer un logiciel de slicing compatible.

Côté prix, cette imprimante est proposée à environ 150€ sur des sites comme GearBest ou Banggood. J’imagine que le fait que cette imprimante soit livrée en kit à monter soi-même explique en partie ce prix faible.  Oui, vous avez bien entendu: il faut monter soi-même son imprimante! Place au montage…

Montage et calibrage

Le montage de l’Anet A8 n’est pas bien compliqué, vous trouverez assez facilement des vidéos YouTube ou autres ressources sur Internet, qui vous guideront dans le montage de cette imprimante. Arachne dans toute sa splendeur!

La structure est très simple à monter, vous allez principalement visser des boulons. Ah oui, et déshabiller les pièces de la structure en acrylique! Cela devrait tout de même vous prendre 3 bonnes heures, voir plus si comme moi vous avez de gros doigts … Qui a eu l’idée d’inventer des vis aussi petites ?! smiley Note : s’y mettre à deux, c’est plus sympa!

Le câblage se fait également très simplement, la “carte mère” est équipée de deux connecteurs femelles à côté desquels est indiqué le connecteur mâle qu’elles accueillent. Impossible de se tromper: il faut juste savoir lire! wink

Le seul point auquel il faudra prêter une attention toute particulière, sera la câblage de l’alimentation. Un mauvais câblage peut engendrer de graves problèmes, griller votre Anet ou pire, y mettre le feu ! Mais encore une fois, pas de panique, vous trouverez facilement des ressources sur Internet pour vous guider. Même si c’est un point sensible, il n’est pas plus difficile que le reste du montage.

Comptez tout de même environ 2 heures pour le câblage et la mise en place des gaines (oui c’est toujours plus sympa des câbles bien rangés et ordonnés yes).

 

Montage: ok ! Câblage: ok ! Place à notre première impression.

La première impression

Calibrage fin à l'aide d'une feuille de papier

Arachne est enfin prête à cracher son premier filament ! Avant toute chose il faut la calibrer. La phase de calibrage se divise en 2 étapes, la première consiste àCalibrage: fin de course de l'axe Z, buse à 2-3mm du plateau placer le capteur de fin de course de l’axe Z de manière à ce que la buse soit à 2-3 mm du plateau (ne soyez pas comme moi, serrez le plateau au maximum, vous économiserez un montage démontage du capteur blush ).

La deuxième phase consiste à faire remonter le plateau de manière à ce qu’une feuille de papier puisse passer entre le plateau et la buse (la buse doit légèrement “gratter” la feuille). Effectuez cette opération sur les 4 coins du plateau et vous serez prêt à lancer votre première impression !

 

PLA en place, buse et plateau chauds, c’est parti, première impression lancée !

Le cube de calibrageAraignée de mer? Ou vagues dans l'impression?Et premier couac: le moteur gauche ne remonte plus correctement, la structure de l’imprimante se tord, c’est le drame ! Je débranche rapidement l’imprimante et tente de comprendre ce qui vient de se passer. Après 3 bonnes heures de recherche, montage/démontage des moteurs, vérification et re-vérification des câblages, rien d’anormal… Mon dernier espoir: graisser les axes et les tiges filetées. La solution ne peut pas être aussi simple… Et bien si ! Un petit coup de graisse, on relance l’impression (un cube de calibrage), et c’est parti: la pièce ressort propre, aux bonnes dimensions, aucun autre réglage n’est à prévoir. Il arrive aussi que les courroies ne soient pas assez serrées, vous verrez alors des “vagues” dans votre impression; le fameux cube vous permettra alors de savoir sur quel axe il faut resserrer les courroies.
 

La qualité de l’impression est plutôt bonne, vue le prix de l’imprimante (150€). Mais on peut obtenir une meilleure qualité en améliorant notre A8. Ça tombe bien, c’est notre prochain sujet !

Les améliorations

La principale qualité, selon moi, de cette imprimante est le fait qu’elle soit améliorable : vous trouverez de nombreuses pièces à imprimer sur des sites comme Thingiverse ou autres. Et oui : vous pouvez utiliser votre imprimante 3D pour imprimer des pièces pour l’améliorer, c’est fou !surprise

Je me propose donc de vous présenter les améliorations que nous avons apportées à notre petite Arachne et celles que nous comptons ajouter.

Les améliorations déjà mises en place

Les améliorations d'Arachne
  • Support de bobine de fil : cette amélioration va simplement permettre à votre bobine de fil de s'écouler plus facilement.

  • Guide fil (1): pour éviter que votre fil ne reste accroché sur un coin de votre imprimante.

  • Ventilateur de buse circulaire (2): pour le refroidissement de votre pièce, ce qui améliorera la qualité de vos impressions.

  • Les coins en T (3): ces deux coins vont vous permettre de rigidifier la structure de votre imprimante, ce qui améliorera également grandement la qualité de vos impressions.

  • Les tendeurs de courroie X (4) et courroie Y (5): pratique pour régler facilement la tension des courroies.

  • Les attaches courroies : elles vont vous faire économiser un maximum de serflex !

  • Les guides ressort (6): ces petites pièces vont permettre aux ressorts du plateau de rester dans l’axe, et vous éviter de petites surprises si d’aventure un de ces derniers venait à se désaxer.

  • Le bouton d'embrayage (7): votre pouce vous remerciera à chaque changement de fil, croyez-moi !

 Les améliorations prévues

  • Un plateau en verre : le scotch de peintre c’est drôle 5 minutes, mais à la longue, devoir le remplacer toutes les 2 impressions, devient assez lourd. Un plateau en verre permet de s’affranchir du scotch ; prévoir deux plateaux pour enchaîner les impressions et nettoyer le plateau inutilisé.

  • Support vertical de bobine : pour un gain de place en plaçant le support au-dessus de l’imprimante.

  • MOSFET : cette amélioration devrait permettre un meilleur contrôle des moteurs et éviter une surchauffe de la carte mère.

  • L’ajout d’un Raspberry-pi + Octoprint : pour pouvoir lancer des impressions à distance, se passer de la fastidieuse étape du copier/coller sur carte SD et suivre l’impression en cours grâce au module caméra du Raspberry-pi. Ce sera probablement l’objet d’un projet lors de nos ateliers, avis aux amateurs!

  • Un bouton d'alimentation : oui, il n’y en a pas par défaut sur la A8. Il faut débrancher l’imprimante pour l’éteindre … pas très pratique lorsqu’une impression ne se déroule pas comme prévu ! Ça vous évitera quelques sprints ! Note : une bonne multiprise peut aussi faire l’affaire.

Bilan

Points positifs

  • Le prix : 150€.

  • La qualité d’impression : pour son prix, la qualité de l’impression avec une imprimante sans améliorations est très correcte.

  • Les possibilités d’amélioration : en effet, tout, absolument tout est modifiable sur la A8, c’est son gros point fort !

 Points négatifs

  • Des améliorations quasi vitales : comme dit plus haut, le fait de pouvoir améliorer la A8 est son plus gros point fort; cependant certaines de ces améliorations sont, selon moi, vitales, ce qui augmente légèrement le prix de base et peut rebuter certains débutants.

  • L’absence de bouton d’arrêt : nous avons vu dans les améliorations qu’une des améliorations que nous comptons mettre en place était un bouton d’arrêt. C’est une de ces améliorations vitales. Cette absence est, selon moi, incompréhensible, voire dangereuse.

  • La stabilité de la structure :  la structure, bien que solide, n’est pas suffisamment stable, ce qui vous amènera à imprimer des supports pour améliorer cette stabilité, encore une amélioration vitale !

Pour conclure, si vous aimez mettre les mains dans le cambouis, comprendre comment ça fonctionne, la Anet A8 est une bonne introduction au monde des imprimantes 3D, surtout vu son prix !

En revanche, si vous ne vous sentez pas à l’aise avec le montage et l’amélioration de votre imprimante, ou simplement que vous ne voulez ou ne pouvez pas y consacrer du temps, vous trouverez d’autres modèles prêts à l’emploi, certes plus chers, mais fonctionnels directement après déballage.

Pour notre part, nous sommes très heureux de cet achat, nous avons appris énormément de choses sur l’impression 3D lors de nos différents essais de calibrage et d’impressions. Et elle a rapidement servi pour de nouveaux prototypes!

 

À la prochaine pour un nouveau test de matériel !

Applications pour moder sous Minetest

Bonjour à tous!

Après nos trois après-midi de stage "mod Minetest vacances", petit bilan des applications utilisées par les jeunes (8 à 11 ans) pour créer un mod sous Minetest.

Petite note rapide pour les non-initiés: Minetest est un clone de Minecraft, un jeu d'aventures/construction/collaboration à base de voxel (comme un pixel, mais en 3D). Un mod est une modification du jeu, un composant additionnel qui ajoute des fonctionnalités; pour Minetest, il s'agit souvent de nouveaux blocs ou d'outils, voire de nouvelles commandes dans le jeu.

D'ailleurs, il faut que je précise qu'en plus de créer un mod, ils ont aussi contribué à d'autres mods! Une fois lancé, on ne les arrête plus! wink Bien sûr, je suis parti avec un programme d'activités, et des idées pour le mod à créer. Et il se trouve que les jeunes aussi en avaient, des idées! Et parmi ces idées: des glaces et des maillots de bain. Et comme une demoiselle avait déjà réalisé un bloc de marchand de glace, et qu'il existe un mod permettant de changer de costume, il ne nous est resté qu'à les modifier pour y inclure nos idées.

Mais revenons à nos applications. Comme dit un peu plus haut, faire un mod, c'est souvent ajouter des blocs ou des outils. Et pour ajouter de nouveaux blocs ou outils, plusieurs étapes sont nécessaires: définir notre nouveau bloc, faire de belles images pour le jeu, donner au jeu l'ensemble des informations sur ce bloc, et vérifier que tout fonctionne comme on le souhaite. Il va donc nous falloir des applications pour réaliser ces différentes étapes.

Pour la définition d'un bloc, rien de trop évolué: un cerveau (ça aidelaugh) avec des idées et de quoi écrire (pour s'en souvenir, ça aide aussi). Nous, on a opté pour le tableau blanc, très pratique et réutilisable!

Pour faire des images, on utilise différentes applications, en fonction des affinités de chacun. Soit sur tablette avec une app de pixel-art (8-bit painter en l'occurence), et une clé USB pour ramener l'image sur le pc, soit directement sur pc avec The Gimp. Pour les blocs, le choix n'est pas vraiment important, mais pour faire des images d'outils, il faut une application qui gère la transparence. La méthode du pixel-art est généralement bien connue des jeunes, qui prennent en main rapidement ce type d'application, même The Gimp! Petite astuce pour faciliter la prise en main de The Gimp: masquer les outils superflus (Edition/Préférences/Boîte à outils), histoire que les jeunes ne se perdent pas dans le foisonnement d'outils disponibles! Généralement, je leur laisse deux outils de sélection (rectangle + contigue), la pipette, le déplacement, le remplissage, le crayon et la gomme. Et ils sont heureux avec ça.smiley

Donner au jeu l'ensemble des infos d'un bloc, et bien c'est coder! Pour faire simple, on utilise notepad++ ou un équivalent, rien de bien compliqué à utiliser. Comme c'est beaucoup de copier/coller pour éviter d'apprendre par coeur l'ensemble de l'API Minetest, un éditeur qui permette d'afficher deux fichiers en parallèle est bien pratique. Ne pas oublier la coloration syntaxique, qui facilite la compréhension du code (langage LUA pour le développement des mods dans Minetest).

Et pour vérifier que tout fonctionne bien, quoi de mieux que Minetest? cheeky Idéalement, on créé un monde à part, avec une carte toute petite et plate. On charge le mod, on lance le monde, et on vérifie que ce qu'on voulait faire fonctionne comme on voulait le faire: coups d'oeil -ou de z'yeux?- obligatoires sur le tableau blanc! Pas tout à fait du développement piloté par les tests, mais on s'en rapproche...

Et voilà!

Ah ben non, j'en ai oublié un! Histoire de ne pas oublier d'étape, on introduit aussi un outil méthodologique. Et comme on travaille à plusieurs sur le même mod, on va en profiter pour diviser le travail en plein de petites tâches. On sort donc les post-its, et on fait un petit tableau kanban. On n'oublie pas d'introduire la petite danse de la victoire une fois qu'on a posé un post-it, c'est important.

Autre outil, nous avons également un patron pour construire un bonhomme Minetest en papier, et qui permet d'expliquer comment passer d'une image 2D à l'habillage de cubes en 3D. Ce qui facilite la compréhension des images des skins! Parce que faire un maillot deux pièces, quand on a 8 ans, c'est quand même pas évident.heart

skin minetest

Voilà pour le petit tour d'horizon des applications utilisées pour réaliser des mods Minetest. Et vous, est-ce que vous développer des mods Minetest? Quels applications/outils utilisez-vous? N'hésitez pas à laisser un petit commentaire ou à poser vos questions!

A bientôt,

Laurent

Collaboration et art dans le numérique !

3g de Scratch, 4g de 3D, 5 pixels, on mixe le tout et … paf …

 

Semaine 6, l’ultime séance: la réalisation de notre grand projet.

 

Nous revoilà pour la dernière séance de notre grand projet, réaliser en simultané, 6 oeuvres d’art numériques et en collaboration !

Lors de nos séances précédentes, nous avions passé en revue différents outils numériques permettant de réaliser des oeuvres d’art numériques. L’objectif de cette ultime séance était de mettre en pratique les compétences acquises lors de ces séances. Sept minutes par ateliers, une seule règle, ne pas effacer et continuer le travail du précédent. 3 … 2 … 1 … Top départ !!!

   

La séance a commencé sur les chapeaux de roues, je n’avais jamais vue les enfants aussi excité par une séance, visiblement le projet leur donnait envie de tout donner, parfait !

Trop parfait … Un moteur lancé en sur-régime comme cela, finit toujours par s’enrailler... C’est à la quatrième rotation que je me suis rendu compte qu’un enfant avait effacé plusieurs ateliers. Il s’était trompé de bouton, ça arrive! Il n’a pas osé me le dire et essayait de ratrapper son erreur… plus de retour en arrière possible, le fameux ctrl+z, bien que magique, n’a pas un historique infini! Heureusement pour moi, les autres enfants avaient trop la tête dans le guidon pour se rendre compte de la situation … Laissons leur la surprise à la présentation finale :).

   

Nos six passages effectué, j’ai rajouté un outil surprise (Minetest) puisque le groupe s’est agrandi durant le projet, place au rendu final … Humm humm … Là c’était le drame ….

“Mais c’est pas ce que j’avais fait !!”, “Mon super dessin il est plus là !!!”, “Ma super animation elle a disparue !!!??”. Je tente donc de leur expliquer la situation, que nous avons rencontré un petit “problème technique”, mais ils ne voulaient rien entendre, la frustration et la colère étaient trop fortes.

Finalement, ce petit incident m’a permis de leur montrer les difficultés que l’on pouvait rencontrer dans le travail en équipe. Je leur ai expliqué que dans leurs futurs métiers ils allaient probablement rencontrer ce genre de difficultés, un stagiaire qui efface un projet, reprendre le travail d’un collègue qui n’a pas la même façon de penser, un collègue qui n’a pas la même notion du travail bien fait,  etc… Je pense que d’apprendre que même les adultes pouvaient se retrouver dans ce genre de situation les a calmés.

 

Malgré les petits couacs, présent dans chaque projet, ce fut une réussite: les enfants se sont amusés et ont acquis de nouvelles connaissances.

 

C’est ainsi que s’achève cette série sur la collaboration et l’art dans le numérique!

Collaboration et art dans le numérique !

Walt tiens toi prêt ! Nous arrivons !

 

Semaine 5, Réalisation d’un dessin animé.

 

Retour à la deuxième dimension pour cette dernière semaine de présentation d’outils, avant la réalisation de notre grand projet ! Cette fois les enfants vont découvrir les coulisses de leurs dessins animés préférés, le nombre d’images, le temps, l’imagination qu’il faut pour les réaliser.

   

    La séance s’ouvre sur un petit brainstorming, “A votre avis, comment sont réalisés les dessins animés ?” … 30 secondes … 1 minute … Pas de réponses … Pas d’idées … Ça commence bien ! :) . Nous allons mettre ça sur le compte de la chaleur étouffante et de la fatigue. J’avais espéré pouvoir leur faire émettre une où deux hypothèses à vérifier, nous ferons donc sans.

    Un petit briefing sur le fonctionnement de l’application (Draw Cartoon 2), que nous allons utiliser aujourd’hui, s’impose … Personne ne m’écoute … je me sens seul … abandonné :(

Laissons la frustration monter ! Au bout de 5 minutes, j’en perçois les premiers signes, soupirs, agitation, gémissements. C’est l’heure du briefing numéro deux ! Enfin mes explications touchent leur public. La séance est lancée !

Après un bon quart d’heure de travail, les premières animations pointent le bout de leurs nez. Et avec elles les premières questions, enfin !

“Mais pourquoi mon bonhomme il se téléporte ?”

Retour aux explications, je leur explique donc comment est réalisé un dessin animé. Rappelons qu’un dessin animé est une succession de dessins (24 par secondes), qui se suivent et qui ne soient pas trop différent du précédent, pour éviter les problèmes de téléportation. Certains s’amusent à calculer le nombre de dessins qu’il faut pour réaliser une minute … 1440 dessins ! Les enfants n’en reviennent pas, tellement de travail ! Certains sont entrain de se décourager, mais heureusement pour nous Draw Cartoon nous permet de réduire drastiquement le nombre d’images à utiliser. Il aura quand même fallu plus de 40 images pour la danse du lion, une trentaine pour l’oiseau qui se pose sur le loup et une cinquantaine pour la scène de l'hélicoptère !

 

Finalement, malgré un départ raté, une séance bien remplie ! J'espère que les enfants verront leurs dessins animés du matin d’un autre oeil .

    La semaine prochaine, place à l’ultime séance, réaliser plusieur oeuvres en collaboration et en simultané !

Collaboration et art dans le numérique !

Un pixel ? Du volume ? Un Voxel ? Du Voxel Art !

 

Semaine 4, Création d’un objet en 3D grâce aux Voxel.

 

Nous revoilà en terrain connu … enfin c’est ce que j'espérais … Pour ce quatrième ateliers sur l’art et le numérique, il était temps de passer dans la troisième dimension … Passage difficile !

 

Je retrouvais les enfants avec un atelier sur le voxel art, avec le logiciel Zoxel. Le voxel n’est autre qu’un petit cube d’une unité sur une, le pendant du pixel pour la création en 3D.

Les enfants ayant déjà une petite expérience avec les pixels, j’étais convaincu que le passage au voxel ce ferai sans aucuns problèmes … Une dimension en plus … Un jeu d’enfant !

En pratique, tout ne c’est pas passé comme prévu. Je n’avais pas réaliser à quel point le passage de la 2D à la 3D pouvait être difficile pour les enfants. Le groupe est composé d’enfants de primaire. Dans un premiers temps je leur ai laissé une totale liberté quant au choix de l’objet à réaliser, je leurs ai simplement conseillé de partir d’un pixel art et de rajouter du volume. Au bout de 10 minutes j’ai remarqué que tous se lançaient dans de magnifiques pixel arts … Mais impossible à transposer en 3D (un but de foot, un casse tête pour le filet ! :). Je leur demande donc de simplifier leurs pixels art de départ.

10 minutes plus tard … Toujours de magnifiques pixels arts … mais toujours pas transposable en 3D … Bon je reprend les choses en mains, un exemple s’impose, je réalise donc une pokéball devant eux, en partant d’un pixel art en forme de disque je rajoute du volume, puis de la couleur. AAAAHHHH !!! mais c’est comme ça qu’il fallait faire ! … Note pour moi même, revoir mes explications !

On repart pour une session de 10 minutes, je sent la frustration monter chez certains, je me rend compte, qu’à nouveau, ils se lancent dans des objets beaucoup trop complexes. Je décide donc d’imposer un thème, on repassera pour la créativité … Le thème : Une tête de robot. La machine est définitivement lancée !

Malheureusement, la séance touchant à sa fin, les enfants n’ont pas réussis à finir leurs robots.

 

La semaine prochaine retour à la deuxième dimension, avec la réalisation d’une animation de dessin animé.

Séance déconnectée: donnée, c'est donnée!

L'informatique sans ordinateur?!? Kécécé?surprise

Cette semaine, dans la classe de CM1/CM2 de Dieffenbach-au-Val, c'était découverte de la science informatique!

Alors pour faire une bonne séance d'informatique, il faut: des gobelets, des carrés de couleur, des balles de ping-pong, un tapis, et… et des participants! Et hop, c'est parti!

Laurent, contrôleur de liste triée!

Laurent, contrôleur de liste triée!

Durant ce voyage, nous sommes passés dans la vallée de la représentation avec la visite des chiffres, des lettres et des images, et un petit crochet par la compression! La visite s'est poursuivie par le tri, ou comment ranger sa chambre laugh (parents du monde entier, si vous m'écoutez!). Une fois passé le tri, on s'intéresse à la recherche, avec un détour par le mapping de données… Le mapping de données? Vous ne savez pas ce que c'est? Il faut vraiment que vous fassiez cette séance! Tins, quelques témoignages à chaud:

"Les enfants ont compris des choses plus vite que moi!"

"Le tapis de tri, c'était trop bien!"

"Ce que j'ai préféré, c'était quand j'ai trouvé le gobelet le plus léger!"

"Moi j'ai aimé le tour de magie, parce que j'ai trouvé comment ça marchait!" (et en plus elle l'a expliqué, trop fort!!)

Comment ça de la magie?? Mais non, c'est de la science! Allez, je vous donne le secret: en fait, c'est juste de l'informatique wink Venez, je vais vous raconter…

Collaboration et art dans le numérique !

Hollywood nous voilà !

 

Semaine 3, programmation d’une scénette.

 

Cette semaine les enfants vont pouvoir laisser s’exprimer le Spielberg qui sommeil en eux. L’exercice du jour, réaliser une petite scénette à l’aide de l’application sur tablette Scratch Jr.

Scratch est un langage de programmation visuel, créé en 2003 par Mitchel Resnick, dans le but d’initier les plus jeunes à la programmation.

Avant de laisser libre court à leur imagination, établissons quelques règles :

  • 3 personnages maximum

  • Les personnages présent dans la scène doivent tous effectuer au moins une action

  • Pour les plus grands, faire interagir les personnages

  • Choisir un thème précis et s’y tenir

Ces règles sont vitale ! L’expérience nous a montrée qu’il faut imposer ces limites pour ne pas se retrouver avec des empilements de personnages inactifs et des vaches de l’espace à la plage …

Le cadre est posé, place à la réflexion, le choix du thème et des personnages !

L’application disposant d’une librairie de personnages et d’arrière plan assez fourni, les enfants commencent à enfreindre les règles … les voyous ! :)

Les premières vaches de l’espace en bord de mer commencent à apparaître ! C’est le moment de recadrer tout cela !

Une fois leur imagination canalisée, les thèmes commencent à devenir plus intéressants, un basketteur qui met un panier, un footballeur qui met un but, un astronaute qui prend une fusée pour quitter une planète …

Place à l’animation et au code !

Après 45 bonnes minutes d'essais en tous genre, les personnages prennent vies, j'aperçois des fusées qui décollent, des ballons au fond des filets et des vaches de l’espace … en fusée ! Ouf ! La règle n’est pas enfreinte ! :)

Projection privée pour finir la séance ! Les enfants présentent leur chef d’oeuvre, tout le monde c’est amusé à découvrir le travail des autres.

 

La semaine prochaine, atelier de création 3D !

Collaboration et art dans le numérique !

De la musique ? Avec du code ?

 

Semaine 2, programmation musicale.

Dans cette deuxième séance les enfants ont eut le plaisir de découvrir la programmation à l'aide du logiciel Sonic-pi, développé par Sam Aaron, pour initier les enfants à la programmation à l'aide de la musique.

Après un bref moment de réflexion (De quoi est composé une mélodie ?), seuls les mots “instruments” et “notes” sont sortis...

Bien, une petite explication sur l'instrument du jour, l'ordinateur et Sonic-pi, et sur comment écrire une note dans le logiciel, et nos futurs Mozart se sont lancés dans l'écriture de leur première partition ...

Et là, c'est le drame! Premier obstacle: "on a écrit 3 notes, mais il en joue qu'une ! C’est nul !"...

Petite explication, l'ordinateur est très rapide dans l'exécution d'une instruction simple (comme jouer une note de musique). Il va donc exécuter les 3 instructions tellement rapidement que l'être humain ne va en entendre qu'une!

Retour à la réflexion ... Que faudrait-il ajouter pour pouvoir entendre les 3 notes ? ... "Des pauses!!". Bien joué! Une mélodie se compose de notes jouées et de temps de pause pour donner du rythme.

Après leur avoir montré l'instruction leur permettant de réaliser une pause, place à l'écriture de leur première vraie mélodie!

A la fin de la séance, les plus avancé ont pu utiliser des boucles et des synthétiseurs (pour modifier la tonalité des notes) et les autres se sont contentés des notes de bases, mais tous étaient fiers de leur mélodie!

PS: j'ai appris que certains avaient même téléchargé le logiciel pour pouvoir continuer chez eux!

 

La semaine prochaine programmation d’une animation avec Scratch !

Collaboration et art dans le numérique !

 

Nouvelle session de Nap (Nouvelles Activités Périscolaire), nouveau projet !

 

Pour cette session, on m'a confié 6 enfants, ce groupe restreint me permet de mettre en place et tester une idée de projet artistique et collaboratif.

 

L'idée est la suivante, faire découvrir aux enfants des outils numériques qui permettent de laisser exploser leur créativité. Le tout sur 5 séances, à raison d'un outil par séance. Puis de réaliser, lors d'une sixième séance, une œuvre d'art numérique commune sur chaque outil. Les enfants auront un temps de passage de 10 minutes par outil et comme seules règles de continuer -et de ne pas effacer- l’oeuvre du précédent.

 

Un pixel ? Un dessin ? Une idée ? Du pixel art !

 

Semaine 1, la découverte du pixel.

C'est avec cette première séance que le projet et lancé. Pour introduire les enfants au pixel art, rien de mieux qu'un .... code secret !!

La séance a donc débuté avec un code secret au tableau, un mélange de lettres et de chiffres répartis sur plusieures lignes.

 

2B-3R

5V

 

L'objectif des enfants, découvrir la signification de ce code.

Leur outil, l'application 8bit painter.

C'est parti ! Les méninges tournent à plein régime, les cerveaux fument ! Après quelques minutes, c'est le moment de stopper la réflexion et de mettre en commun les résultats ... A ma grande surprise, plusieurs enfants avaient réussi à déchiffrer le code. Le chiffre étant le nombre de case, la lettre une couleur et une ligne étant ... une ligne ! :)

Après une petite explication sur le fonctionnement du pixel, place à l'écriture d'un code. Les enfants ont réalisés chacun une oeuvre en pixel art et écrit le code qui correspondait.


La semaine prochaine, découverte de Sonic-pi !

Une année riche en challenge

Et comme l'année 2018 en est encore à ses débuts, toute l'équipe Graines2Tech en profite pour te souhaiter, ami lecteur, une année riche en apprentissage! yes

 

L'année s'annonce riche en challenge pour les clubs Graines2Tech de la Vallée de Villé et de Saverne!

On a d'ailleurs déjà commencé avec une participation au councours "L'informatique en stream" de la SIF.

Ce sont les jeunes de Neubois qui s'y sont mis. Début décembre, ils ont fait un brainstorming, ou une tempête de cerveau en français. L'idée, c'est de jeter toutes les idées qu'on a à propos d'un thème. Et le thème ici, c'était: "l'informatique, pour nous, c'est quoi?". Ils ont écrit toutes leurs idées sur un tableau, ce qui nous a permis de voir quelles étaient les idées communes.

L'étape suivante, ça a été de choisir des illustrations pour chacune des idées. Ils ont fouillé dans toutes nos images, vidéos, animations ou programmes Scratch pour trouver leur bonheur! Et il commence à y avoir pas mal de choses…

Finalement, Laurent a fait un montage, validé par quelques uns des membres du club de la Vallée de Villé.

Et voici la vidéo!

A bientôt pour de nouveaux challenges!

Laurent

Le monde de Noël

Déjà 4 mois sans nouvelles!

C'est qu'on est plutôt occupé: entre l'aménagement de notre local, l'arrivée d'Anthony, et de bien d'autres petites bêtes robotisées, pas de quoi s'ennuyer. wink

 

Le mois de décembre est l'occasion d'ateliers thématiques de saison: Noël qui s'approche, la neige qui s'invite, que de sources d'inspiration!

Dans la Vallée de Villé, nous avons décliné ces différents thèmes en deux activités: un calendrier de l'avent, et une scène dans minetest.

#déficoding nous a gentiment fourni les ressources nécessaires, que nous avons ensuite intégrées dans Scratch. Durant les4 dernières semaines, les enfants ont pu peupler le calendrier avec des règles différentes chaque semaine. Au final, malgré des règles identiques, des calendriers assez différents, et pas mal de fun pour les 4 dernières cases, avec une liberté totale pour les déplacements! Vous pouvez admirer le résultat par ici: https://twitter.com/Graines2Tech/status/943453230629031936.

Dans minetest, plusieurs réalisations à l'honneur: pixel-art sur le thème de Noël, à partir d'images encodées, bâtir sa maison (ou sa grotte, suivant ses penchants troglodytes smiley), changer son apparence, et finalement découvrir les cadeaux!!

Décor de Noël en mode pixel-artEn costumes de lutin, ou de renne (oui oui, c'est bien un renne!)Entrée de grotte très décorée, avec sapin lumineuxMon beau sapin, avec une bonne dose de cadeaux :)

Tout un voyage, qui laisse nos joyeux lutins prêts pour attaquer la dernière ligne droite vers Noël!

A bientôt!

Qu’est-ce que le numérique ?

Aujourd’hui, on parle beaucoup « d’informatique », de « numérique », de « digital », cependant, tous ces termes ne veulent pas dire la même chose, mais ont, dans la conscience universelle, le même sujet.

Le numérique est le terme le plus approprié car il englobe le sujet de tous les autres, cela peut être de l’électronique, de l’informatique, ou pour être plus parlant, la télécommande de la porte de garage, l’ordinateur, la tablette, le GPS de la voiture ….

C’est un ensemble de choses que nous utilisons tous les jours et qui sera encore de plus en plus omniprésent. C'est l’Internet des Objets, ou IoT Internet of Things: pensez à la domotique, réfrigérateur connecté qui envoie des alertes lorsque qu’il n’y a plus un aliment, radiateur connecté pour piloter la température à distance, ampoule connectée pour éteindre ou allumer avec son smartphone, sonnette connectée pour recevoir une notification sur le smartphone…

Chez Graines2Tech, nous voulons éduquer les enfants à utiliser le « numérique » en employant des notions de logique, d'algorithmique, de programmation et de créativité, et surtout, leur faire comprendre comment et pourquoi ce « tout » fonctionne et quel est son but, et celà fait déjà deux ans qu'on le fait!

 

Les instructions, c’est utile ?

Durant mes ateliers, je remarque souvent que c’est un peu la compétition entre les participants, ou bien « celui/celle qui finit le plus vite » entre tous.

Si l’on voit cela comme un « établissement d’objectif », c’est bien !

Mais pour la plupart du temps, ce n’est malheureusement pas, ou du moins pas correctement, le cas.

Du coup, j’ai beaucoup de participants qui lancent un « jeu », et ignorent toutes les instructions et conseils affichés…

Lors de mes premiers ateliers, je devais courir pour aider chaque groupe, puisqu’évidemment, si on ne lit pas comment ça marche, on ne peut pas, hormis avec chance ou logique (selon l’application/appareil), comprendre le fonctionnement.

Mais, à force d’avoir des ampoules aux pieds, j’ai donc d’abord commencé par préciser, avant même de lancer une appli sur la tablette, qu’il fallait lire toutes les aides et énoncés qui s’affichent à l’écran.

Pas très convaincant puisque cela fonctionne pour le premier exercice, mais dès l’exercice suivant, soit plusieurs minutes après, plus personne ne lisait le texte …

J’ai donc un peu plus poussé ma règle, en précisant avant chaque exercice, que, non seulement il faut lire les instructions, mais si quelqu’un me demande de l’aide sur un problème qui a été expressément expliqué au début de l’exercice, je ne leur laisse qu’un choix :

Relance l’exercice, lit le texte, et regarde si ce n’est pas plus simple.

Sinon, bien entendu, je viens les aider, mais les aider ne signifie pas faire l’exercice à leur place !

Ceci dit, il n’y a pas que les enfants qui ne lisent pas les instructions !

Je ne dis pas qu’il faut lire tous les modes d’emploi que l’on trouve (le micro-onde, le frigo, la machine à café….), mais quand je sens que je n’exploite pas tout le potentiel d’une chose, ou que je ne comprends tout simplement pas cette chose (qu’elle fonctionne ou non), je vais chercher à avoir une réponse !

(Je tiens à préciser que je suis apparemment l’un des rares cas à avoir lu en entier… le manuel de 300 pages de ma voiture… et il y a bien des fonctions/astuces que j’ai découvertes!)

Pour finir, si quelqu’un a bien pris la peine de « commenter » un appareil, un exercice etc… c’est qu’il y a bien une raison, et cela nous ramène à deux dictons bien connus (mais légèrement réarrangés) :

  • La curiosité n’est pas toujours un vilain défaut
  • Tout vient à point à qui sait prendre le temps.

Premiers pas en robotique à Benfeld

De Nao à Cheetah en passant par Marty, c'est comme ça qu'à débuté la présentation de la séance d'hier!

Leur point commun? Ce sont des robots qui existent aujourd'hui! Effectivement, ils sauvent un peu moins la galaxie qu'un bon vieux R2D2… wink

 

Après cette petite mise en bouche, petite démonstration des possibilités d'un robot mbot "tout nu", avec la découverte des organes de notre robot.

Et à partir de là, à eux de jouer: un arduino, quelques composants, un peu de programmation, et voilà le résultat de leurs premiers pas en robotique, ou plus précisément en domotique, la robotique du domicile!

PS: le projet, c'était juste l'éclairage automatique de la porte d'entrée en fonction de la luminosité. Le sapin de Noël, c'est cadeau! Que voulez-vous, une fois qu'on a commencé, on a du mal à s'arrêter cheeky

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Scratch day 2017 à Neubois

Les enfants du centre Alsace ont pu s'initier à la programmation au mois de mai dernier à Neubois, à l'occasion du Scratch Day.

 

Au menu de cette heure de découverte: la programmation évènementielle.

Pour faire une bonne séance, prenez des ballons, quelques enfants, un éléphant, faites les sauter et wiiiiiizzzzer!

Installez-les devant quelques tablettes et ordinateurs, laissez mijoter.

Donnez un coup de main de temps en temps, mais pas trop: le secret, c'est de les laisser découvrir.

Enfin, extasiez-vous devant le résultat, et voilà! wink

 

Mettre la main à la pâte !

Vendredi 21 avril 2017, nous avons organisé un atelier de deux heures à la Médiathèque de Marlenheim à destination des 9-13 ans, avec l’aide de Mme Anne-Laure Mendès, la directrice.

Au programme, « Arduino », une carte microcontrôleur abordable, et qui permet, avec un peu d'accompagnement, de créer sa propre box dédiée à la domotique, son détecteur de fumée, ou sa station météo…

Carte Arduino Uno

Mais avant de se lancer dans ce type de projet, il fallait bien sûr voir les fondements !

Explications des bases de l’électricité et de l’électronique (Watt, Volt, Ohm ? résistance, capteur analogique, digital ?), suivi de montages élémentaires (allumer une lampe LED, puis y ajouter un bouton poussoir etc…).

 

 

 

 

S’en est suivi une explication de base sur la programmation informatique, et plus particulièrement (et simplement): l’utilisation de Scratch4Arduino (Visual Scripting).

Nous avons donc conservé, à peu de choses près, nos montages précédents « exclusivement électrotechnique », pour commencer à interagir avec ceux-ci par le biais d’un ordinateur.

Puis, nous avons poussé un peu plus la chose : la lumière reste allumée ou bien éteinte avec une action physique, presser le bouton, mais si l’on ne veut plus agir, et plutôt laisser le système « réagir » ?

Nous avons donc intégré un capteur de luminosité !

Il faut tout de même préciser au système que ce capteur est ajouté, et surtout, lui dire « quand » agir (grâce à la valeur de luminosité, mesurable en Lux, et aux conditions).

Pour finir, nous avons fait un nouveau montage, et une programmation supplémentaire, pour créer … un feu tricolore !

Et voilà, les deux heures sont passées (trop) vites, et de la fumée sortait des cerveaux !

Nous tenons à remercier l’équipe de la médiathèque de Marlenheim, et Mme Colette Fritz des DNA.

Un merci et bravo aussi, aux parents des enfants, qui s’y sont eux-mêmes essayés et se sont pris au jeu !

Un public varié

Comme pour n'importe quelle activité, nous cherchons à savoir quel public est intéressé par nos ateliers Graines2Tech.

Note: attention au second degré qui épice cet article de part en part cheeky

Nous étions hier à la médiathèque de Benfeld pour un atelier de découverte de l'ordinateur: périphériques et composants. Age des participantsA cette occasion, avant de commencer la séance, nous avons pu réaliser un sondage -très informel- auprès des premiers arrivés.

Le graphique ci-contre présente les catégories d'âge des participants (de mémoire…). Sans surprises, une majorité d'entre eux se situe dans la tranche 9-11 ans. On remarque que les extrêmes définissent une plage allant du début du primaire en fin de collège. Comme quoi, finalement, il n'y a pas d'âge, comme nous nous en doutions smiley. Petite précision: le graphique ne tient pas compte du directeur de la médiathèque qui a également participé, notamment au remontage du disque dur, un grand merci par ailleurs !

Sur les 6 participants présents pour le sondage, nous avons pu constaté différents secteurs d'activités, en réponse à la question simple, mais efficace: "Tiens au fait, vous voulez faire quoi quand vous serez grand?". Ce à quoi nous avons obtenu les réponses suivantes:

  • conducteur de train
  • actrice
  • notaire, et si ça ne marche pas, agent secret ("pas dans l'autre sens?")
  • chercheur ("en quoi?"), en sciences ("oui mais quoi comme science?"), on verra laquelle (note: le domaine de recherche doit être une partie de la recherche je pense)
  • 2 abstentions ("j'sais pas")

Un peu déçu quand même, aucun informaticien dans le lot, mais il reste tout de même un peu d'espoir du côté de la recherche… Et puis on n'avait pas encore commencé la séance, donc ça a pu changé en 1h30! wink

Vous l'aurez compris, nous n'avions absolument pas d'intention statistique lors de cette séance, mais nous avons tellement aimé leurs réponses que nous avions envie de les partager avec vous.

Sinon au programme de la séance, on a parlé du corps humain, et on a fait la cuisine. Le corps parce que c'est pratique, généralement les enfants en ont chacun un sur eux pendant les séances.

Et la cuisine? En fait, si vous savez faire la cuisine, vous savez comment fonctionne un ordinateur. Vous voulez comprendre pourquoi et comment? Adultes, enfants, on s'organise une séance quand vous voulez! wink

— 20 Articles par la page
Affichage des résultats 1 - 20 parmi 42.