Blog Blog

Python: serpent, langage ?

Python: langage ou serpent ?

 

Le mot python vous parle forcément mais quelle définition vous vient à l’esprit? Quelle image associe votre cerveau à l’écoute de ce mot?

Ne vous inquiétez pas j’arrête les questions métaphysiques smiley

Pour ma part quand j’évoque le mot python je pense dans un premier au temps au serpent !

 

 

Certe c’est beau… mais je suis pas trop fan à vrai dire…surprise

Ensuite dans un second temps je pense au langage informatique.

En tant que data scientist c’est un langage que j’utilise au quotidien, et le plus populaire dans mon job.

Pourquoi me diriez vous? Car il est facile à utiliser, avec une disponibilité décente de bibliothèques orientées data science et une grande communauté.

/!\ important la communauté, très important…surtout quand vous criez à l’aide cheeky

 

Historique:

 

C'est en 1989, que Guido van Rossum écrit les premières lignes du langage, très inspiré du langage ABC (un autre langage de programmation, avis au curieux ABC)

Pourquoi Python? cool

Parce que le développeur est un grand fan de la série télévisée Monty Python's Flying Circus.

Python est un langage open source supporté, développé et utilisé par une large communauté.

Il est également apprécié par les pédagogues qui y trouvent un langage où la syntaxe est élégante, son typage dynamique et le fait qu'il soit interprété. Comprenez par là, que c’est un langage puissant, facile à apprendre, permettant ainsi une initiation aisée aux concepts de base de la programmation.

 

Première version

20 février 1991

Auteur

Guido van Rossum

Dernière version

3.7.4 (8 juillet 2019)

Système d’exploitation

Multiplateforme

Site web

www.python.org

 

3 raisons de se mettre à python:

  • Simple

Si tu es débutant, fonce ! Python c’est devenu la référence dans l’éducation nationale comme premier langage de programmation.

Ce langage est facile à prendre en main, pourquoi je te dis ça ?

  • Syntaxe simple:
    Plus de parenthèses, accolades, crochets, points-virgules, etc…
    La syntaxe du code utilise l’indentation.
    Par exemple après une condition “if”, boucle “while”, fonction “def” ou une classe “ class” faut juste mettre une indentation.
  • Typage dynamiques:
    Plus besoin d’écrire le type de variables. Python saura les identifier directement en fonctions des opérations effectuées avec.
  • Similaire à du langage parlé:
    Un exemple
    name = “Marc”
    print(name)

 

Au final tu obtiens du code qui est relativement facile à lire.

C’est visuellement agréable et tu comprends le code plus rapidement.

  • Multi fonction

Python fonctionne sur tous les OS, que tu sois sur Windows, Mac ou Linux, tu pourras l’utiliser. Et surtout Python peut être utilisé dans des tas de domaines… même des domaines auxquels on s’attend moins comme le développement de jeux vidéo ou les applis de bureau. Voici trois domaines où python est principalement utilisé:

  • Développement Web
    Python est beaucoup utilisé dans le Web. Il y a même des frameworks très évolués et très populaires comme Django, Flask pour bien structurer ton travail en Python.
    Petite précision de taille, aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de Front-End avec Python.
    Donc si tu veux devenir développeur Full-Stack, tu devras toujours apprendre le Javascript.
  • Data Science
    C’est le langage le plus populaire dans le Big Data, qui est lui-même un domaine en pleine expansion. Si tu veux te lancer dans les statistiques et analyser des données et même pouvoir visualiser ces données, Python est le maître.
    Python mène aussi la course en tête dans le domaine de l’intelligence artificielle.
    Je ne vais pas faire un cours là-dessus, mais grosso modo c’est lorsqu’on apprends aux machines à réfléchir en analysant des tas de données.
  • Populaire

Python est un langage assez ancien…comme vous avez pu le voir dans l’historique un peu plus haut. Après toutes ces années, s’il est plus populaire que jamais, c’est qu’il a su évoluer.

le sondage de StackOverflow est formel ! Python est le langage qui a la plus grosse croissance ces dernières années et c’est prévu de continuer comme ça dans les années à venir : lien vers l’article

Il faut savoir que tous les géants de la Tech utilisent Python : Google, Facebook, Netflix, Amazon, Nasa, IBM… Python c’est sérieux, ce langage qui plaît à tout le monde, plait aussi aux recruteurs et ça, c’est bon pour ta carrière…

 

Donc pourquoi python?

 

Because python is awesome!

 

Credits to this website

 

  • Python est gratuit et "Open Source", on peut l'utiliser sans restriction dans des projets commerciaux.
  • Python est portable : MacOS, BeOS, NeXTStep, MS-DOS .. et les différentes variantes de Windows.
  • Python convient aussi bien à des scripts d'une dizaine de lignes de code qu'à des projets complexes de plusieurs dizaines de milliers de lignes.
  • La syntaxe de Python est très simple, un programme Python est souvent de 3 à 5 fois plus court qu'un programme C ou C++, ou même Java équivalent. Ce qui représente en général un temps de développement de 5 à 10 fois plus court et une facilité de maintenance largement accrue.
  • Python est un langage qui continue à évoluer, soutenu par une communauté d'utilisateurs enthousiastes et responsables, dont la plupart sont des supporters du logiciel libre.
  • ...

 

Quelques chiffres clés:

 
  • Classement des langages en fonction de leur base d’utilisateurs mensuels actifs (2017):

 
  • Les salaires et les possibilités d'emploi pour les langages de programmation les plus populaires (2018):

 
  • Combien y a-t-il de programmeurs Python dans le monde (2018) ?

 

Selon SlashData, il y a maintenant 8,2 millions de développeurs dans le monde qui codent en Python et cette population est maintenant plus importante que ceux qui programme en Java, qui sont 7,6 millions.

Le langage dont la population de développeurs est la plus grande est JavaScript. Ils sont environ 11.7 millions.

 

Apprentisage:

 

 

Blog-Gobot

Godot ? Qu’est-ce que c’est que ça ? Bon un petit indice dans le titre …. Un game engine !! Encore un nom barbare !! Pas de panique, je vous explique tout.

 

Un game engine qu’est ce que c’est ?

Pour commencer, game engine est le mot anglais pour moteur de jeu … ça vous aide hein ? smiley

 

Pour la grosse définition pompeuse et très complète, je vous renvoie à notre cher ami Wikipedia.

 

Pour résumer, un moteur de jeu c’est un ensemble de bloc logiciels qui permettent de gérer les mouvements, la gravité, les effets, etc. Et donc de permettre au développeur de ce concentrer uniquement sur le jeu et le gameplay.  

Il en existe une multitude: Unity, CryEngine, Unreal Engine, pour les plus connus.

Les moteurs de jeu se différencient grâce aux bibliothèque graphiques qu’ils utilisent (OpenGL, Vulkan), le langage de programmation utilisé pour coder le jeu, les plateformes ciblées (Linux, Windows, MacOs, Android, etc …), le type de jeu ciblé (2D/3D) et leurs licences (gratuite ou non).

 

C’est grâce à tous ces critères que nous nous sommes enfin décidés à tester Godot Engine ! Oui ça faisait un moment qu’il nous suppliait de le tester smiley

 

Alors Godot, d’où vient-il ?

L’idée du moteur de jeu Godot a germé dans l’esprit de Juan Linietsky et Ariel Manzur en 2001. Ils voulaient développer l’industrie vidéoludique argentine et surtout combler un manque. En effet, à l’époque la grande majorité des moteurs de jeu étaient orientés vers les jeux de tir à la troisième personne, ils ont donc imaginé un moteur de jeu généraliste, permettant de développer tout type de jeux.

Super !! …. Pas tant que ça … En 2007 l'émergence de nouvelles machines comme l’iphone et la playstation3 a mis à mal le projet. Ces plateformes ont une architecture particulière, modifiant la gestion de la mémoire par rapport aux plateformes de l’époque… Bref, il a fallu s’adapter et l’équipe décide de repartir de zéro et de créer le moteur de jeu qui deviendra Godot.

Godot sort le 14 janvier 2014 en version libre (sous licence MIT). Cette licence permet à la communauté de participer au développement du moteur. Le 24 février 2016 le moteur de jeu est publié sur Steam, ce qui le propulsera définitivement sur le devant de la scène.

 

Pourquoi on l’utilise au club Graines2Tech ?

C’est une bonne question !

  1. Premier argument, la licence. Comme dit plus haut, la licence MIT fait que le logiciel est en libre téléchargement. Vous pouvez, chez vous, le télécharger et utiliser son plein potentiel sans débourser un seul centime.
  2. Il est cross-plateforme, autant pour les plateformes cibles (jeux sur PC, Android, IOS) que pour le développement. Vous pouvez installer Godot sur n’importe quel système d’exploitation, Windows, MacOS ou Linux (nous aimons Linux chez Graines2Tech … enfin surtout moi smiley ), sous condition que votre ordinateur possède la configuration minimale pour faire tourner le logiciel.
  3. Godot supporte beaucoup de langages: le C#, le C ++, GDScript (Python à la sauce Godot), et énormément d’autres langages grâce à la communauté. Il possède également une interface de Visual Scripting, au cas ou écrire du code vous donne de l’urticaire.
  4. On peut réaliser des animations directement dans Godot, inutile de passer par un logiciel tiers comme Blender, même si les fonctionnalités d’un Blender seront toujours plus poussées.
  5. Il est facile à prendre en main pour un non programmeur, le GDScript s’écrit et se comprend assez facilement.
 

Vous l’aurez compris, Godot c’est super, c’est pas cher !! Si vous voulez le tester n'hésitez pas à nous rendre visite au club.

 

Quant à moi je vous laisse avec quelques exemples de jeux réalisés avec Godot et je vous dit à la prochaine !

 

Liste de jeux réalisés avec Godot

Site officiel

Nouvelles animations bientôt au catalogue

Comme la rentrée se prépare tôt, nous sommes déjà en train de réfléchir à septembre, histoire de partir sereinement en congés cet été cool

Notre catalogue d'animations va donc s'enrichir d'un nouveau show informatique autour des réseaux et de l'échange de données, ainsi que d'un escape game. Ces deux animations sont en cours de préparation et devraient être en test en interne pour l'été. Elles seront donc prêtes pour le mois de septembre. Dans ce billet, je vous livre quelques détails sur ces deux animations.

Show informatique: restons connectés!

Un show informatique, à quoi ça ressemble? L'idée du show, c'est de faire faire de l'informatique aux participants de l'animation. Pas besoin d'ordinateur, on va essayer de comprendre tous ensemble comment fonctionnent les rouages de l'informatique.

Dans notre catalogue d'animations, nous vous proposons déjà une première déclinaison d'un show informatique autour des données. On y parle de la représentation de différents types d'informations dans un ordinateur, des nombres jusqu'aux vidéos! On y découvre également comment l'ordinateur s'y prend pour rechercher une information particulière, et bien d'autres choses encore! Le contenu est abordable à partir de 10 ans.
Vous pouvez retrouver cette animation sous le titre "L'informatique fait son show: donnée, c'est donnée!". La presse en a également parlé.

Et bien en septembre, vous allez pouvoir faire voyager votre public en lui proposant de découvrir une deuxième facette de l'informatique: les réseaux.yes

Cette nouvelle séance nous permettra de découvrir les différentes techniques mises en oeuvre pour pouvoir transmettre des informations d'un ordinateur à un autre. L'occasion de découvrir ce qu'il se passe sur nos téléphones lorsqu'on leur demande d'afficher une page web!
Au moment où j'écris ces lignes, l'animation est en cours de finalisation. Elle devrait être testée et ajoutée au catalogue cet été, vous pouvez donc la commander dès maintenant pour la rentrée de septembre 2019.

Escape game: Panique virtuelle

Vous avez déjà probablement entendu parler d'escape game? Ce sont des jeux dans lesquels il faut résoudre des énigmes, le plus souvent pour sortir d'une pièce verrouillée. Ce type de jeu existe également sur ordinateur, où il faut souvent sortir de bien plus d'une pièce.surprise

Nos animateurs créent actuellement un escape game sur le thème du virtuel. Outre le thème, le cahier des charges impose un certain nombre de contraintes pour que nous puissions l'installer partout. Ainsi, plutôt que d'enfermer les participants dans une pièce verrouillée, nous avons choisi de les enfermer dans une histoire, pour que notre escape game puisse se dérouler dans n'importe quelle pièce, dans n'importe quel lieu: dans votre médiathèque, dans votre entreprise, votre école, votre FabLab etc. Autre contrainte: il faut que le matériel puisse être transportable, et que les participants ne soient pas tentés de fouiller dans le reste de la pièce!
Un premier jet du contexte et de l'histoire a déjà été mis en place, ainsi qu'une série d'énigmes à résoudre. Nous travaillons actuellement à collecter et fabriquer le matériel pour cet escape game. Et vous savez quoi? On a réussi à respecter toutes les contraintes.cool

Cet escape game est prévu pour un public multi-âge. Nous avons prévu de la tester avec plusieurs types de public cet été pour le valider et opérer les derniers ajustements, afin qu'il soit prêt pour la rentrée 2019!

 

N'hésitez plus: que vous soyez plutôt escape game ou plutôt show, on a ce qu'il vous faut! Vous pouvez d'ores et déjà pré-commander vos animations et réserver nos animateurs aux dates qui vous conviennent. Vous pouvez prendre contact avec nous sur cette page, ou en nous envoyant un email à l'adresse graines2tech@is4ri.com .

SNT: futur cours pour les élèves de Seconde, et un MOOC pour tous

Dans le cadre de la réforme du lycée, les élèves de Seconde auront, dès la rentrée 2019, 1h30 par semaine de "SNT", c'et-à-dire de Sciences du Numérique et Technologie. Il s'agit bien d'un cours pour tous les élèves, qu'ils continuent ensuite dans une voie scientifique, littéraire, économique ou autre.
A priori, l'idée est que ce cours donne une culture numérique. Cette heure et demie se basera sur des activités qui permettent de manipuler des concepts techniques, afin de dédramatiser l'approche de notions qui peuvent paraitre complexes à certains. Mais il y aura aussi la place à des échanges, voire des débats autour des enjeux amenés par l'usage de ces technologies numériques.
 
Certains manuels sont en pré-visualisation en ligne, par exemple sur Calaméo (ex1ex2). On peut y voir différentes manières d'aborder les 7 thèmes du programme, thèmes dont on peut lire les détails dans le BO.
 
Pour ceux qui préfèrent les vidéos, un moyen est de se rendre sur le MOOC de l'INRIA, MOOC SNT: https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:inria+41018+session01/info
Ce MOOC est d'abord pour les enseignants qui vont enseigner SNT à partir de Septembre 2019. C'est un accompagnement avec des ressources mais aussi a priori un lieu d'échange pour une communauté qui pourra chercher ou fournir des ressources, en commenter la pertinence vis-à-vis du programme, l'usage attendu ou vécu, etc
Et c'est également un lieu et une communauté pour d'autres publics : les enseignants d'autres disciplines, les citoyens intéressés par le sujet, les parents s'intéressant à ce nouvel enseignement suivi par leur enfant, voire les élèves eux-mêmes, avant ou après le cours!
 
D'autres lieux s'organisent pour mettre en commun des activités, comme le wiki de David Roche : https://pixees.fr/informatiquelycee/n_site/snt.html
Encore une fois, s'il est d'abord présent pour les enseignants concernés, ce site est également très intéressant et utile pour ceux, de tous âges, qui veulent s'auto-former, rafraîchir des notions, préparer des activités parascolaires ou à la maison.
Que vous soyez encore au collège, voire en primaire, ou au contraire que l'école vous semble un vieux souvenir, n'hésitez pas à profiter de ces ressources qui devraient au minimum aiguiser votre curiosité...
Et si vous vous y sentez perdus, ou au contraire si vous en voulez plus, nous sommes là pour ça: n'hésitez pas à passer nous voir au Club ou à prendre contact!

Maîtriser le numérique

Abordons l’ère du numérique ensemble!

 

Le numérique c’est quoi ?

Serait-ce LE mot à la mode pour désigner “l’informatique” ?

Dans ce blog post, je vous emmènerai dans un premier temps découvrir ce qui se cache derrière ce terme. Puis, je vous raconterai comment chez Graines2Tech nous accompagnons tous les lundis après-midi nos studieux élèves -dont le doyen a 78 ans yes M. Charles, plein de vie!- à prendre le tournant du numérique.

 

 

 

De nos jours, l’informatique et Internet font partie de notre quotidien.

Vous possédez certainement un smartphone, un de ces fameux téléphones portables qui font tout ou presque, comme un iphone oups... pas de concurrence déloyale huawei, xiaomi et samsung wink

Vous possédez certainement aussi une télé, une tablette ou un ordinateur?

D’une manière ou d’une autre, le numérique englobe tous ces termes. On parle de numérique pour tout ce qui fait appel à des systèmes informatiques.

On ne peut plus imaginer nos activités sans ces petits gadgets connectés, blindés de technologies.

Le numérique modifie notre quotidien, notre univers, notre manière de penser et d’agir.

On définit souvent ce contexte par l’expression culture numérique. On parle aussi de révolution numérique.

 

Ordinateur, Tablette et Smartphone: leurs usages

 

L’ordinateur peut être fixe ou portable. Il vous permet de vous connecter sur Internet et de naviguer sur le web. Vous pouvez y faire des recherches, consultez des sites, écrire des mails, consultez vos comptes bancaires pour ensuite faire des achats en ligne ;), réservez vos prochaines vacances au soleil ou à la neige, suivre vos remboursement de la sécurité sociale, faire des démarches administratives, écouter la radio, visionner des vidéos ou la télévision en replay… Sans oublier les réseaux sociaux facebook, instagram, twitter qui vous permettent d’être en contact avec la planète entière… pas encore avec les petits hommes verts mais pourquoi pas un jour surprise

D’ailleurs vous saviez que nous avions une page facebook ici ? et instagram ici ?

Je vous invite à cliquer dessus pour suivre les aventures des Clubs graines2tech et vous inscrire à notre newsletter cool

Avec une tablette ou un smartphone, il est possible de s’adonner aux mêmes pratiques qu’avec un ordinateur. Vous pouvez accéder à Internet, à vos mails, aux réseaux sociaux. Ce sont des appareils dits “nomades”. Sous condition d’avoir une connection 3G, 4G voir bientôt 5G, il est possible de surfer sur le web que vous soyez dans la rue, dans le bus, au bar ou chez le coiffeur…

Maintenant que vous êtes au courant de tout venez franchir le pas et vous initier à ces technologies.

 

Au Club Graines2Tech Saverne

 

Ça bosse dur !

 

Dans nos locaux, nous animons des séances d’initiation à l’informatique, un moment d’apprentissage à la fois facile, intuitif et ludique, qui ne nécessite aucune connaissance préalable. Après quelques séances et une fois l’outil pris en main, on peut exploiter toutes les potentialités de cet univers : s’informer, communiquer, acheter en ligne....

Une véritable ouverture au monde!

Les séances collectives ont lieu les lundis après midi de 14h30 à 16h00.

Vous serez là en avance tellement vous trépignerez d’impatience.

Généralement, les apprenants viennent avec leur ordinateur. Cela leur permet, une fois de retour à la maison, de conserver leur environnement de travail et d’être plus à l’aise sur la machine. Si vous n’avez pas d’ordinateur, pas de panique, au Club Graines2tech nous sommes équipés. C’est avec plaisir que nous vous mettrons à disposition un ordinateur pour les ateliers.

La séance s’ouvre toujours par un petit quiz en guise d’échauffement. Manière ludique et amusante pour vous d'entrer dans le vif du sujet et pour nous animateurs de savoir quels points seront à privilégier.

 

Si votre besoin est plus spécifique, nous nous ferons un plaisir de discuter avec vous de vos attentes, ou vous accueillir pour un cours particulier.

 

Quiz d’échauffement! enlightened

Le saviez-vous?

 

Ouverture Graines2Tech de Saverne

  • Lundi au Vendredi : 10h - 18h
  • Mercredi : 10h - 20h
  • Samedi : 10h - 12h / 15h - 17h

 

Contact

    Anthony

    06.59.41.63.36

    168 Grand Rue

    67700 Saverne

 

graines2tech@is4ri.com

Graines2Tech

clubgraines2tech

Makerfight 2019

 

Vous allez me dire encore un mot en anglais: makerfight, kesako?surprise
Faisons un peu de français: une traduction littérale serait ‘lutte de créateurs’, ‘combat de faiseurs’ ou encore ‘bagarre de fabricants’.

Ça ne vous parle toujours pas?

Si je vous dit combat, baston, fight de robot ou si vous regardez la photo ci-dessous, vous y voyez plus clair?

 

 

Pour ce blog post, je vous fais un retour d’expérience en tant que participant à cet évènement.

Au départ, le LaFab, fablab de Strasbourg souhaitait présenter un robot pour ce concours et ont fait un appel à candidat. En tant que grand curieux, j’ai tenté l’aventure avec comme projet de venir avec un robot floqué Graines2tech pour l’édition suivante.yes

Une fois l’équipe constituée, nous avons donné naissance à wheels’n kill… et oui encore de l’anglais (wheels’n kill = roue et tuer).

Voici la bête à la pesée :

 

N.B: Tous robot participant à l’évènement doit faire au maximum 25kg.

 

Le gars avec le renard sur le dos c’est moi, je contrôle la pesée avec photo à l’appui wink

 

Combien pèse-t-il? Eh bien…18 kilos, on est pas trop sur le concept de la grosse bête mais plus sur de la bestiole sad

 

A l’étape suivante, le hasard rentre en compte : le tirage au sort des poules de qualifications.

On espère ne pas tomber dans une poule de très haut niveau.

Les 2 premières places sont qualificatives pour les phases à élimination directe, chaque poule étant constituée de 6 participants, ce qui promet quelques beaux combats en perspective.

 

Puis direction l’arène avec comme stratégie : pousser les adversaires dans les pièges qu’on y trouve. (voir ci-dessous).

Petite précision concernant notre robot : il est pacifiste, c’est pas un fan de baston donc il pousse et se protège… C’est le premier robot de l’équipe, qui s’est focalisé sur sa capacité à rouler wink.

Pour faire dans l’originalité, nous avons innové en contrôlant notre robot en wifi par le biais d’un PC, tous les autres étaient en possession d’une manette avec joystick ou d’une radiocommande de modélisme.

L’effet wahoouuu était au rendez vous, mais il était difficile à manier smiley (photo de droite ci-dessous)

 

 

Trois pièges sont en place dans l’arène au niveau du scotch noir et jaune au sol (photo de gauche ci-dessus):

  • Une scie circulaire pour faire très mal
  • Une barre de métal pour projeter
  • Et une masse qui écrase cool

Eh non, aucune surface des robots n'est épargnée!

 

Notre premier combat se déroule contre Délicatesse Agricole. (photo ci-dessus)

C’est une victoire sans appel de D. Agricole, notre robot était sans cesse soulevé dans tous les sens, nous nous inclinons devant ce redoutable adversaire.

Notre 2ème combat, nous l’avons gagné contre le robot BlobBot par forfait...

Mais pour notre 3ème combat, cela s’est corsé : nous avons perdu contre le Karibou, une belle bête prête à vous retourner surprise

Le 4ème combat s’est fini sur une victoire par... abandon, l’adversaire Croc3saure s’est retiré de la compétition après des soucis électroniques.

Et enfin notre dernier combat nous opposa contre TechV2, avec une victoire magnifique par ….abandon! Pour tout vous avouer, nous l’aurions sans doute perdu. Nous pouvons remercier leurs défaillances électroniques sur les dernières manches.

 

Je vous invite à aller voir des vidéos des combats qui ont eu lieu ici et et encore pour la finale.

 

Vous vous rappelez de notre espoir pour sur le résultat du tirage au sort?

Notre chance était au rendez-vous!

Nous avons eu dans notre poule le vainqueur de cette 5ème édition du makerfight2019 : le Karibou (photo de gauche) et le troisième du podium Délicatesse Agricole (photo de droite)

 

qui n’ont finalement que de petits bobos!

 

Une belle photo du podium des robots posant avec leurs créateurs :

 

Vous pouvez retrouver les prix des vainqueurs sur le lien.

 

Voilà résumé l’édition 2019. Vous êtes motivés pour construire un robot et être le vainqueur de la prochaine édition? Comme le dit Bruno Louis Séguin: "[...]des véritables projets collaboratifs pour imaginer et construire des robots de manière ludique et pédagogiques, et sur scène une belle ambiance[...]" (source: https://twitter.com/blseguin/status/1117096391082414080)

 

Passez au local du Club Graines2Tech à Saverne pour venir nous en parler et partager une expérience robotique et numérique !

Retro-Gaming

 

Vous reconnaissez peut être certains de ces logos ?

Super Nintendo, Sega (c'est plus fort que toi!wink), Playstation ou Psx (pour les plus vieux) ou Atari (pour les plus anciens de nous!), le Retro-Gaming connait une belle montée en puissance en France ses dernières années.

A tel point que certaines marques ont dépoussiéré les consoles classiques comme la NES, la super nintendo ou encore la genesis de sega en format mini.

Il est fort à parier que la techno qui se trouve dans ces mini-consoles est très similaires à ce que je vais vous présenter.

 

Nombreux sont ceux qui aujourd’hui cherchent les plaisirs et les souvenirs de leur enfance. Oh nostalgie, quand tu nous tiens !

Alors quoi de mieux que ces vieux jeux sur lesquels nous nous sommes tous cassé les dents à un moment ou à un autre?

Le Retro-Gaming est une manière simple et agréable de se rappeler sa jeunesse, seul ou avec ses amis, sur des jeux plus ou moins longs, mais toujours conviviaux, souvent simples mais efficaces.

 

En effet, de nos jours, il est facile de retrouver des consoles en très bon état pour une trentaine d’euros, des bons jeux à une dizaine d’euros, d’excellents à moins de 20 euros !
Mais quoi de mieux que de faire sa propre console en DIY (Do It Yourself)? Pour cela, suivez le guide, c’est par ici cool.

 

Voici votre petite liste d’achat:
  • 1 Raspberry Pi 3B+
  • 1 carte micro SD (16/32/64go)
  • 1 alimentation Raspberry Pi 5V 2.5A
  • 1 système Rétropie (à télécharger sur le net)
  • pleins de ROMs de jeux rétro (à télécharger sur le net, attention aux droits d'auteur!)
  • des manettes USB
En option:
  • Pop corn (attention à la manette angry)
  • Canapé confortable
  • Grande télé (c'est toujours mieux wink)
Pour le Raspberry pi, il existe trois systèmes d’exploitation de jeu rétro qui sont simplement fantastiques. On retrouve Recalbox, Lakka et le bien nommé Retropie, un des plus populaire.
 
 
Lakka, RetroPie et Recalbox présentent chacuns des forces et des faiblesses. C'est parti pour un comparatif!
  • Facilité d’utilisation:
    Lakka et RetroPie sont relativement simples à utiliser, mais Recalbox l’emporte avec son installation ultra simple. Aussi intuitif que de glisser-déposer des fichiers.
    Gagnant: Recalbox
     
  • Meilleure expérience prête à l'emploi
    RetroPie et Recalbox sont assez similaires avec leur expérience out-of-the-box. Lakka domine son sujet, après son premier démarrage vous n'aurez nullement besoin de configurer vos manettes. C’est plutôt convivial.
    Gagnant: Lakka
     
  • Compatibilité de la plateforme
    Recalbox et RetroPie sont livrés pour plusieurs plates-formes, notamment pour PC et pour cartes Raspberry Pi. Cependant, Lakka est disponible sur une tonne de plates-formes allant du Pi au WeTek Play 2.
    Gagnant: Lakka
     
  • Communauté
    En général, lorsqu'on évoque un système d'exploitation de jeu rétro, on l'associe directement avec RetroPie. Son Wiki et son GitHub bien fournis, regorgeant de retours d’informations, c’est une excellente option, riche en ressources. Lakka et Recalbox proposent tous deux des documents d’aide et des forums fiables, mais RetroPie remporte cette manche.
    Gagnant: RetroPie
     
  • Expérience globale
    RetroPie possède un scraper qui va vous permettre de renseigner vos jeux en détails (année de sortie, genre de jeux, nombre de joueurs, évaluation, ...) tout ca de manière automatique. Il offre aussi plus d’émulateurs que ses concurrents, phénoménal smiley . L’interface graphique offre la possibilité de personnaliser ses thèmes et sa collection de jeux, ou voir les derniers jeux joués d’un coup d’oeil et bien plus. Lakka est facilement devancé sur ce point.
    De plus dans Retropie, vous trouverez le très populaire centre multimédia Kodi.
    Gagnant: RetroPie
     
  • Le dernier mot
    En fin de compte, RetroPie, Recalbox et Lakka s’adressent à différentes bases d’utilisateurs. Lakka est ce qu'il y a de mieux pour les utilisateurs expérimentés, tandis que Recalbox est le premier choix des débutants. RetroPie est une alternative qui devrait satisfaire à la fois les utilisateurs expérimentés et les novices.
    En raison de ses ressources d’aide considérables, RetroPie est un choix judicieux pour tous les utilisateursyes.
 
 
Et maintenant ? Y a plus qu'à... Je vous laisse vous mettre au boulot.
Ci dessous vous trouverez des liens (tuto) pour les trois systèmes d’exploitation rétro-gaming.
 
Amusez vous bien! C’est un jeu d’enfants wink.
Et pour les moins experts d’entre vous, on a la solution: Graines2Tech et ses animateurs se feront un plaisir de vous accueilir et de vous compter parmi nos membres afin de vous accompagner dans votre projet DIY.
 
Mario et moi-même vous saluons très cher lecteur.

On se fait un MOOC?

Vous voulez être plus à l'aise avec le numérique, voire apprendre l'informatique pour en faire votre métier ? 
Vous avez vu qu'il existe des cours en ligne sur le sujet (FUN, Open Classrooms...) mais vous ne trouvez pas le courage de les suivre seul.e et en entier? 
Venez trouver la motivation, la convivialité et l'accompagnement qui vous aideront à atteindre votre objectif, dans le cadre du Club Graines2Tech ! 
Ensemble, nous évaluons vos connaissances sur le sujet désiré et fixons un calendrier adapté à vos disponibilités, vos objectifs et vos connaissances.
 
Exemples de cours actuellement proposés par les plateformes FUN et Open Classrooms:
 
Plateforme FUN, https://www.fun-mooc.fr/ :
  • Documents dans le Cloud (inscription avant le 5 Mars 2019)
  • Apprendre à coder avec Python (inscription avant le 20 Mars 2019)
  • S'initier à la fabrication numérique (inscription avant le 2 Avril 2019)
  • Programmation objet : premiers pas en Java (inscription avant le 5 Mai 2019)
  • Bases de données relationnelles : apprendre pour utiliser (inscription avant le 12 Mai 2019)
  • WikiMOOC : apprenez à contribuer sur Wikipédia ! (inscription avant le 1er Septembre 2019)
  • Fondamentaux pour le Big Data (inscription avant le 6 Janvier 2020)
  • Web sémantique et Web de données (inscription avant le 25 Janvier 2020)

Plateforme Open Classrooms, https://openclassrooms.com/fr/ :
  • Démarrez votre projet avec Python
  • Démarrez votre projet avec Java
  • Apprenez à coder avec JavaScript
  • Découvrez la programmation orientée objet avec Python
  • Débutez l'analyse logicielle avec UML
  • Modélisez et implémentez une base de données relationnelle avec UML
  • Structurez vos données avec XML
  • Apprenez à créer votre site web avec HTML5 et CSS3
  • Créez un site moderne et professionnele avec WordPress 5
  • Programmez vos premiers montages avec Arduino
  • Débutez dans la 3D avec Blender

Il existe énormément de MOOC (Massive Open Online Courses), dans plusieurs langues. Des sites comme My Mooc (en français, https://www.my-mooc.com/fr/) ou Class Central (en anglais, https://www.class-central.com/) peuvent vous aider à trouver des cours adaptés si vous cherchez un sujet en particulier. Sinon, on cherchera ensemble!
 
Alors passez au Club le Samedi entre 10h et 12h, ou entre 15h et 17h et venez en parler avec Valérie !
 

Expérimentation Brickfilm du 02/02/2019

Retours sur une expérimentation autour de la réalisation d'un brickfilm
 
Idée, intention : préparer une séance au Club Graines2Tech Saverne autour du Stop Motion avec Legos, soit un Brickfilm, en identifier les éléments pédaogiques et techniques
 
Compétences développées :
  • suivi d'une séquence d'instruction (introduction à la notion d'algorithme)
  • [alternative = créativité en l'absence de suivi d'un modèle, voir le billet précédent]
  • approche projet (des étapes de préparation, des ressources, etc pour obtenir un résultat, cad le Brickfilm)
  • communication (utilisation de média, différents formats d'images, de vidéos, possibilité d'audio, plusieurs canaux de publication)
 
Approche pédagogique :
  • jeu (de construction)
  • projet (production d'un résultat)
 
Matériel :
 
Etapes :
  • montage du château ~30mn, =surtout le temps de chercher les pièces dans la boîte -> il est possible d'optimiser ce temps en préparant les pièces
  • installation de 2 ordinateurs et 2 caméras: 1 ordinateur avec caméra USB et qStopMotion, 1 ordinateur avec caméra HUE et HUE Animation
  • les caméras sont fixées autant que possible
  • un éclairage local est ajouté
  • une photo est prise avec chaque ordinateur, puis une pièce est enlevée selon l'ordre inverse de montage (suivi de la notice à l'envers)
  • 63 photos
  • sur HUE Animation, sélection de toutes les photos et inversion de l'ordre, export en mp4 à 5 images/secondes (=construction)
  • sur qStopMotion, export en mp4 à 5 images/secondes (=destruction)
  • recherche en ligne d'une fonction de fusion de vidéo: https://mergevideo.online/fr
  • les 2 vidéos sont importées puis fusionnées et la vidéo générée est téléchargée
  • pas d'ajout de piste audio pour cette fois, mais possible à ce point
  • installation, prises de photos, export et fusion des vidéos, ~1h
  • mise en ligne sur facebook et instagram : https://www.facebook.com/Graines2Tech/videos/2230398710621588/ et https://www.instagram.com/p/BtYu2CGivDZ/ 
 
Mes notes autour de cette expérimentation :
  • faire attention au mouvement de la plaque de base lors du retrait de certaines pièces
  • qualité vidéo de la caméra HUE supérieure
  • pièces rouges floues, éviter cette couleur...
  • garder l'idée de 2 caméras pour montrer 2 angles de vue différents
  • inversion des images très simple sur HUE Animation
  • prendre en compte l'ajout d'une piste audio pour rendre la séance plus complète sur l'aspect média
 

Jeu de plateau Médiasphères de CANOPE

Le Club Graines2Tech vient d'acquérir une boite du jeu de plateau Médiasphères édité par CANOPE. 1er test au Club de Saverne en petit comité, avec ma testeuse préférée wink, actuellement en CM2.

Compétences développées:
  • esprit critique
  • communication et collaboration (en situation normale, le jeu se joue par équipe)
  • connaissances sur les médias et réseaux sociaux
en pleine réflexion

Approche pédagogique:
  • jeu (de plateau)
  • discussion, débat de groupe
 
 
 
 
 
Matériel:
  • la boite de jeu: plateau, dé, jetons, cartes et livret
    On peut restreindre les cartes (questions) mises en jeu pour orienter les échanges et la réflexion sur un thème précis
exemple de questions

Etapes:
  1. installation du jeu (quelques minutes)
  2. création des groupes et choix d'un pion
  3. lecture / explication des règles
  4. jeu ! Il faut définir ce qui marquera la fin du jeu: cela peut être un temps limité (et on compte le nombre de jetons récoltés par chaque équipe), ou lorsque la première équipe a récolté un jeton pour chacune des trois catégories, par exemple
satisfaction pour les bonnes réponses
 
Mon avis:
  • pour ce premier test, nous avons répondu et discuté autour de 15 questions environ, prises au hasard (pas de tri préalable des questions)
  • il a fallu que j'explique certaines questions à ma testeuse, soit parce que certains mots ou expression lui étaient inconnus, soit parce que certains concepts étaient peu ou pas connus
  • une fois l'explication donnée, elle a toujours eu un avis à donner, et on a donc pu avoir un échange, c'était très intéressant d'entendre sa vision des choses!
  • la gamification de l'échange (lancer le dé, essayer d'avoir un joker, l'enjeu de gagner un jeton, etc) était visiblement important pour l'envie de participer, donc un vrai plus par rapport à une "simple discussion"
  • la variété des formes de question (question ouverte, vrai / faux, qcm, charade, rébus...) rend également l'aspect plus ludique, plutôt que de n'avoir que des questions ouvertes par exemple
 
 
 
 
 
 
 
Conclusion:
  • un bon outil pour aborder des sujets importants pour les jeunes
  • le jeu de plateau, un vrai plus
  • une activité sur le numérique, mais sans écran!
  • à tester en groupes et avec d'autres tranches d'âges, maintenant...
 
autres exemples de questions

Vous avez dit Raspberry Pi ?

Temps de lecture: 4min
 

Vous entendez parler de Raspberry Pi, vous voyez la fameuse framboise ci-dessus sur un peu tous les blogs d’électronique et vous aimeriez savoir à quoi ça sert ?

 

Vous êtes au bon endroit !

 

Premier réflexe: un petit tour sur Wikipédia, histoire de vous présenter ça en deux trois lignes.

 

Avant tout, le Raspberry pi est un ordinateur, très petit de taille, mais comme dirait Laurent la taille ne compte pas. Ce dernier fût conçu par des professeurs du département informatique de l’université de Cambridge dans le cadre de la fondation Raspberry Pi fondée en 2009 ayant pour but de promouvoir les bases de la programmation dans les écoles.

Le best seller est le dernier modèle : Raspberry Pi 3 B+.

Aujourd’hui une très large communauté s’est développée autour de ce produit, où chacun est capable de mener à bien son propre projet avec sa petite framboise pour environ 40€.

 

Une photo de ce dernier et les présentations sont faites, on peut se lancer dans une découverte plus intime wink.

 
 
 

Rentrons dans les entrailles de la bête, voici ses caractéristiques pour les connaisseurs:

  • Carte mère Raspberry Pi 3 type B+
  • Processeur: Broadcom BCM2837B0 quad-core A53 (ARMv8) 64-bit SOC @ 1.4GHz
  • RAM: 1 GB LPDDR2 SDRAM
  • Connexion sans fil: Bluetooth 4.2 (BLE), Wi-Fi Dual Band 802.11b/g/n/ac
  • Connexion filaire: Gigabit Ethernet
  • GPIO: 40 broches
  • Ports: HDMI, 3.5mm analogue audio-video jack, 4x USB 2.0, Camera Serial Interface (CSI), Display Serial Interface (DSI)
  • Lecteur de carte micro-SD
  • Dimensions: 67mm x 56mm x 11.5mm, 29g

 

Par défaut le Raspberry pi est vendu nu, il faut comprendre par là qu’il est vendu sans accessoires.

Pour pouvoir l’utiliser vous devrez avoir besoin des éléments suivants:

  • Un raspberry pi wink
  • Une carte SD
  • Une alimentation
  • Un boitier de protection
  • Vous pouvez aussi opter pour un kit de démarrage avec tous les accessoires inclus comme vous pouvez en trouver ici par exemple

 

Les applications potentielles de cet outils sont sans fin yes.

Posez la question à votre moteur de recherche préféré , ce dernier vous suggérera une flopée de liens sur des projets autour du raspberry pi.

Une fois en dehors de sa boîte, il vous permettra aussi bien de faire de la bureautique avec Libre Office, accéder à internet avec un navigateur web, apprendre à coder avec Scratch, Python, Minecraft Pi ou Sonic Pi (une activité bien apprécié par Antho, un de nos animateurs).

 

Pour vous donner quelques exemples rapides intéressants :

  • On peut créer son centre média centre avec OSMC
  • On peut créer son cadre numérique (projet en cours au Club de Saverne, voir plus loin dans ce billet!)
  • On peut faire du rétrogaming avec recalbox (projet réalisé chez Graines2Tech, voir photos ci-dessous)
  • On peut construire sa propre Station Météo connectée
 
 
 
Une partie classique qui se fini en Game Over @Laurent
 
 

Dans le cadre des ateliers 14+ qui ont lieu le mercredi soir Antho organise un projet DIY (Do It Yourself) pour l’élaboration d’un cadre numérique connecté à  base de Raspberry Pi.

 

Si vous avez d’autres projets ou attentes, n’hésitez pas à venir en discuter. Et si vous êtes intéressés ou curieux du raspberry pi, la meilleure occasion pour cela est lors de notre prochain évènement: la Raspberry Jam de la Licorne.

 

La Raspberry Jam, c’est l’anniversaire du raspberry pi, un événement qui a lieu dans le monde entier le week-end du 2-3 mars 2019.

Dans l’esprit de l'événement passé <Hour of Code>, Graines2Tech accueillera cet événement le 2 mars prochain entre 14h et 17h: c’est la Raspberry Jam de la Licorne.
L’entrée est libre, vous y trouverez des démos, dont la console de retrogaming et le cadre connecté, mais aussi un gestionnaire de chauffage électrique, et bien plus encore.
Vous aurez même la possibilité d’en essayer!

Alors soyez nombreux à venir, venez découvrir ce petit ordi qui a tout d’un grand, et laissez vous inspirer par la fameuse framboise.

 

Brick'films à la médiathèque d'Erstein

{3 minutes de lecture}

Les décors sont en place, les accessoiristes sont prêts, il ne manque plus que les acteurs.

Bienvenue à la séance film d'animations qui s'est déroulée à la médiathèque d'Erstein le 12 janvier dernier.

Au programme: visite des décors, création des scénarios, réalisation des films. Une séance chargée et riche en apprentissage!

Plusieurs décors étaient au choix, de la cabane à la grotte à la montagne en passant par la ville et la salle de sport, etc.

Pour ne pas faire de jaloux, les participants ont commencé par tirer les éléments de leur film au hasard dans un grand chapeau: le(s) personnage(s) principal(-aux), le lieu, et la trame de l'histoire. Evidemment, ça ne simplifie pas forcément les choses: comment construire une histoire avec les éléments "jumeaux", "ville", "à la pêche"?!? Pas facile...blush

Alors avant de commencer à filmer, les participants ont construit un scénario: quelques cases sur une feuille, histoire d'avoir une idée des différentes actions qu'il faudra réaliser. Un storyboard? Le mot est lâché, c'est exactement de ça qu'il s'agit! C'est quand même un outil bien pratique pour débrouiller ses idées et avoir une bonne idée de ce qu'il faudra filmer.

Et à partir de là, il ne reste plus qu'à lancer les acteurs sur le plateau! Avec de simples webcams, et une lampe de bureau pour l'éclairage, faire un brick'film, c'est à la portée de tout le monde.

Après quelques essais, nos participants se sont vite rendus compte que rendre l'illusion du mouvement à partir de photos, c'était très simple sur le papier, et pas forcément évident dans la réalité. Quand on sait qu'il faut normalement 24 images pour faire une seconde de vidéo (15 recommandées pour un brick'film), ça fait quand même un paquet de photos! Les premières séquences sont extrêmement rapide, avec un film d'à peine plus d'une seconde. On le revoit, on regarde quels sont les mouvements qui ont besoin d'être décomposés, et on y retourne. Essai-erreur-correction: on est en plein dans l'apprentissage dites-moi! Après quelques essai supplémentaires, ça y est: c'est dans la boîte.cool

Tout les binômes sont très contents de leur film. Il faut dire qu'il y ont mis le meilleur d'eux-même, alors il y a de quoi!yes

Si vous voulez jeter un oeil à leurs productions, je vous invite à aller voir la vidéo qui compile l'ensemble des films réalisés. C'est par ici:

https://youtu.be/Hse5BBOxVOY

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Moteur... Action ! ou comment commencer simplement en Stop Motion

Le Club Graines2Tech de Saverne étant l'heureux propriétaire d'un bundle Caméra + Licence HUE Animation Studio (https://huehd.com/products/hue-animation-studio/), cela fait déjà quelques semaines que des petites animations sont créées, pour l'instant avec des accessoires simples pour s'approprier ce mode création numérique (https://www.instagram.com/p/Bq2AqwuBY6t/).
 
Au bout de quelques séances, une des participantes a fini par demander comment elle pouvait en faire autant sur son ordinateur à la maison... Me voici donc à la recherche d'un logiciel simple de Stop Motion et si possible gratuit.
 
Après avoir consulté quelques sites sur le sujet, j'ai obtenu une liste réduite de références pour Windows : Helium Frog (apparemment très voire trop complet), StopMojo, ToonLoop, qStopMotion, zu3d, ainsi que Monkey Jam mais qui n'inclut pas la fonction Onion Skin (pelure d'oignon) et Stop Anime pour école primaire. Pour Ubuntu, la référence étant ... StopMotion.
 
Résultats des tests sous Windows:
  • Helium Frog (http://www.heliumfrog.com/heliumfrogindex.html) est un logiciel mentionné régulièrement, mais à ce jour (janvier 2019) il manque une nouvelle version adaptée à Windows 10: la version disponible sur le site avec le correctif indiqué date de 2015 et semble sans suite.
  • StopMojo (http://www.mondobeyondo.com/projects/stopmojo/) : la dernière version, 0.2, date de 2013 ; le fichier d'installation complet inclut J2SE et Java Media Framework, je l'ai téléchargé et installé (ainsi que J2SE et JMF donc), sans succès immédiat, cela me semble donc trop complexe pour que je le recommande à nos membres.
  • ToonLoop (http://toonloop.com) n'existe qu'en version Lite avec des fonctionnalités réduites pour Windows (v0.15 contrairement à la version Full en v2.0 pour Linux) et nécessite Processing. N'ayant pas Processing sur mon ordinateur à ce jour, je n'installe pas ToonLoop.
  • qStopMotion (http://www.qstopmotion.org/index.html#home) est un fork de StopMotion pour Linux, sa dernière version date du 15 décembre 2018. Il inclut l'Onion Skin, permet de prendre une photo à la fois ou en mode time lapse (à intervalles de temps réguliers) ; son interface peut se mettre en français (aller dans Edit / Parameters si elle n'y est pas directement).
  • Je n'ai pas testé les autres.
 
Le choix se porte pour le moment sur qStopMotion qui ressemble beaucoup dans son utilisation à HUE Animation, possède une interface en français, même s'il n'a pas certaines des fonctionnalités de HUE Animation, en particulier l'enregistrement ou l'import de tracks audios. De plus, c'est un projet open source qui semble "vivant" puisque sa dernière version date de décembre 2018.
 
Le test sous Ubuntu se réduit à StopMotion (https://doc.ubuntu-fr.org/stopmotion) a priori similaire à, puisque à l'origine de, qStopMotion. On retrouve en effet une interface quasi identique et un fonctionnement également similaire.
 
Dans les 2 cas, qStopMotion et StopMotion, des messages d'erreurs renvoient à la fenêtre des paramètres si certains n'ont pas été définis et/ou enregistrés (caméra, encodeur pour exporter la vidéo). Il vaut mieux enregistrer le projet avant d'exporter la vidéo, l'encodeur utilisé lors des 2 tests était ffmpeg (jpeg -> mp4) en ce qui me concerne, et il faut penser à l'extension .mp4 du fichier exporté sous Ubuntu.
 
Les mini-animations de test sont postées sur facebook :
Maintenant que le matériel est au point, nous vous attendons pour faire de "vraies" animations !!

Graines2Blocs

Fin de semaine dernière, Graines2Tech a mis en ligne un nouvel outil: Graines2Blocs.

Il s'agit d'un outil en ligne qui permet de s'initier à la programmation. On y effectue ses premiers codes en mode programmation visuelle à l'aide de blocs. Le code est automatiquement traduit en Javascript, un langage très utilisé dans le monde du web. Ce code Javascript peut même être directement exécuté dans le navigateur!

La plateforme est disponible à l'adresse suivante: https://graines2blocs.is4ri.com

Cet outil a été mis en place par Georges, un stagiaire passé par chez nous dans le cadre d'une réorientation, et qui souhaitait mettre en pratique ses connaissances en HTML et CSS, deux langages indispensables pour créer des pages web. Georges a travaillé sur la mise en forme des pages ainsi que l'intégration de Blockly au sein de la page.

Un grand merci à toi, Georges, et une bonne continuation dans ta formation!

 

Blockly est une bibliothèque Javascript dans le cadre du programme Google for Education. Cette bibliothèque permet d'ajouter des fonctionnalités de programmation visuelle au sein d'une page web. Très pratique!

On peut traduire directement le code en mode blocs, en Javascript, Python, et bien d'autres langages.

Personnellement, je l'ai utilisé avec des étudiants en BAC+4 dans un cours d'algorithmie avancé. Ils ont pu y représenter des structures algorithmiques simples comme complexes, comme la récursivité ou des algorithmes de tri par exemple.

 

Chez Graines2Tech, nous avons souhaité mettre en avant la programmation par blocs, que nous plébiscitons particulièrement pour tous ceux qui veulent découvrir la programmation. Pas de prise de tête avec un langage particulier et une syntaxe bizarre avec des point-virgules et autres parenthèses ou autres [{}]|#. Bref, que du bonheur! smiley

Aujourd'hui, notre plateforme Graines2Blocs permet uniquement de générer et d'exécuter du code Javascript. L'idée est de faire évoluer cette plateforme au fur et à mesure de nos besoins. Un des besoins que nous avons relevé est notamment la possibilité de générer du langage LUA à partir d'un code en mode blocs, LUA étant le langage à utiliser pour un jeu que nous utilisons actuellement dans nos Club: minetest, le clone gratuit de minecraft.

Je n'en dis pas plus pour l'instant, le projet est dans les tuyaux!

 

Avec un peu de chances, vous avez déjà pu utiliser Blockly lors de vos voyages webistiques. Si ce n'est pas le cas, je vous invite à aller jeter un oeil sur Blockly-Games pour voir quelques jeux qui utilisent Blockly. Comme c'est la saison, vous pouvez aussi vous rendre sur le Santa Tracker également nommé "Sur la piste du père Noël" dans la langue de Molière: vous y trouverez deux jeux réalisés avec une base Blockly, l'atelier de programmation et la danse du code.

 

Comme ça, vous n'aurez plus d'excuses pour ne pas avoir essayé un petit morceau de code!smiley

 

A bientôt!

Retour sur le 1er anniversaire du Club Graines2Tech de Saverne

Impression 3D

Etes-vous déjà passés au 168 Grand Rue à Saverne ?

 

Non ? Alors, dépêchez-vous de venir, il s'agit d'un endroit chaleureux et coloré où vous trouverez de quoi passer 1 heure, 1 heure 30, voire 2 heures sans voir le temps passer... que ce soit en dirigeant un robot ou un drone, en posant des blocs virtuels dans un monde enneigé pour faire une sculpture de Mario ou de Yoda, en modélisant un objet en 3 dimensions avant de l'imprimer, en branchant des moteurs qui s'actionnent à l'appui d'un bouton, en apprenant à faire une recherche sur Internet ou envoyer un email...
Celà fait donc un an que des alsaciens de tous âges viennent profiter de ce lieu convivial où ils ne se retrouvent jamais seuls pour tirer parti des multiples possibilités apportées par le numérique et enrichir les compétences demandées au 21e siècle: créativité, collaboration, communication, esprit critique, résolution de problème, apprendre à apprendre...

Oui, vous êtes déjà passé ? Alors, revenez vite, on ne se lasse pas de vous voir !

kit graines2microbit

C'est pourquoi on a voulu fêter notre 1er anniversaire avec vous tous, tous ceux qui sont déjà venus et qui pouviez venir ce 20 Octobre 2018. Vous permettre de vous rencontrer, d'échanger, de partager. Et vous présenter nos nouveautés, parce qu'on ne cesse de définir et mettre en place de nouvelles ressources, de nouveaux services:

  • des horaires d'ouverture encore plus pratiques, avec un Club ouvert le Samedi après-midi, de 15h à 17h, en plus de l'ouverture du matin de 10h à 12h, et de celle de 10h à 18h du Mardi au Vendredi ;
  • des ateliers réservés aux adultes et jeunes de 14 ans et +, le Mercredi de 18h30 à 20h ;
  • des cours particuliers, sur demande ;
  • un service d'impression 3D en PLA grâce à nos 2 imprimantes: 4€/h + 0,20€/m, et nous pouvons vous accompagner pour modéliser vos objets ;
  • des kits pour (re-)faire à la maison des montages et des programmes, en commençant par le kit "Graines2Microbit" à 40€ au lieu de 50€ pour son lancement (/!\ il n'en reste plus que 4 à ce prix !) ; les membres ont en plus droit à 10% de remise... des kits complémentaires sont en cours de création ;
  • des livres à emprunter pour les membres du Club autour de Scratch, YouTube, Minecraft... ou comment Apprendre à apprendre, Lire, écrire, compter, coder, Apprivoiser les écrans et grandir...

...et ce n'est pas fini!

Membres utilisant Minetest et Microbit

Et ce 20 octobre, le Club fourmillait de ces membres et leur famille venus découvrir les dernières nouveautés, échanger entre eux sur les possibilités des Micro:bits, construire un monde sous Minetest, acquérir un kit à ramener chez soi ou à offrir, et bien sûr manger une part de gâteau au chocolat!

...vous en reprendrez une part?

Séance création de jeu vidéo

Mercredi dernier, j'étais à la médiathèque de Rouffach pour un atelier programmation de jeu vidéo.

Généralement, le public en médiathèque se situe entre 7 et 12 ans, avec des expériences différentes: quelques uns ont déjà fait de la programmation à l'école, plus rarement ils la pratiquent à la maison. C'est donc plutôt un public novice. Cette séance ne fait pas exception à la règle puisqu'une petite moitié a déjà entend parler de Scratch et de programmation, et seulement deux se sentent à l'aise avec l'outil.

Pas de souci, on s'y met! cool

On démarre tranquillement avec un petit exercice en mode déconnecté pour aborder 3 des 4 principes de base de n'importe quel programme: le robot idiot (voir https://pixees.fr/dis-maman-ou-papa-cest-quoi-un-algorithme-dans-ce-monde-numerique-%E2%80%A8/). Ce que j'aime le plus dans le jeu, c'est quand les participants commencent à réfléchir à la simplification de l'écriture de leur programme.

On part de ça

avancer
tourner à droite
avancer
avancer
tourner à droite
avancer
avancer
tourner à droite
avancer
avancer
tourner à droite
avancer
… et puis on essaye de trouver une manière plus simple d'écrire cette suite d'instruction, cet algorithme. A Rouffach, j'ai une sorte de consensus général sur le fait qu'on répétait plusieurs fois:
tourner à droite
avancer
avancer
… donc on peut simplifier l'écriture par la séquence suivante:
avancer
répéter 3 fois
    tourner à droite
    avancer
    avancer
tourner à droite
avancer

alors bien sûr, on vérifie que ça fonctionne toujours, on ne sait jamais, des fois qu'on introduise un bug! Ça fonctionne pareil: parfait.

Bon, il y a quand même Timéo qui fronce un peu les sourcils:
"- t'es pas d'acord Timéo?
- j'aurai pas fait comme ça…
- ah bon? T'aurais fait comment alors?
- comme ça:"

répéter 4 fois
    avancer
    tourner à droite
    avancer
et oui, on tombe parfois sur des afficionados de l'optimisation wink

Ensuite, on passe sur les ordinateurs avec Scratch. Petit changement pour cette séance à Rouffach: je met à disposition des fiches mémo avec des explications comme "bouger un personnage avec les flèches" ou "compter les points" par exemple. Ces fiches permettent aux participants de gagner en autonomie et facilite l'apprentissage des différents blocs. Il y a plus de 100 instructions différentes dans Scratch; quelques fiches descriptives sur des points clés leur permettent d'avancer plus rapidement dans la création de leurs jeux.

Le retour qui est revenu le plus souvent de la part des jeunes était plutôt du style "j'ai fait ce qui était sur la fiche, mais ça ne marche pas!" Et oui, il faut quand même transformer les informations distillées par les fiches en connaissances appliquées au contexte de leur jeu! smiley "Ah ben oui!" Et une fois qu'ils ont pris le coup de main, on n'arrive plus à les arrêter! yes

Si vous voulez jeter un oeil à une des réalisations de cet atelier, c'est par ici: https://scratch.mit.edu/projects/264027057/

A bientôt!

Votre aventure BBC Micro:bit {3 min de lecture}

 

Avez vous déjà entendu parler des micro-contrôleurs ?

Ou peut-être connaissez vous déjà le BBC Micro:bit, l’Arduino, l'Adafruit asp32 ou encore le Picaxe ?

Ce sont des petits objets de la taille d’une carte de crédit qui se monnaient pour quelques dizaines d’euros seulement suivant les marques.

 

Dans ce blog, je vais vous présenter le bien nommé BBC Micro:bit que nous utilisons dans nos ateliers et qui est disponible au Club.

 

 

Qu’est ce que c’est?

En 2015, la BBC (British Broadcasting Corporation) et nombre de ses partenaires (ARM, Samsung, Microsoft, Freescale,…) nous l’ont dévoilé, annonçant leur intention d’offrir 1 million de cartes aux enfants britanniques de 11 ou 12 ans, afin de leur donner le goût de la programmation et du développement d’inventions électroniques.

La carte ressemble fortement à un circuit Arduino, en plus fun et plus accessible pour les enfants.

Toutes sortes de créations géniales sont possibles, allant des instruments de musique aux robots.

 

Ses composants

  • Un connecteur bluetooth ;

  • Deux boutons programmables ;

  • Une matrice carrée de 25 LED (5 x 5) rouges programmables pouvant servir d’affichage, notamment pour des motifs animés, du texte alphanumérique déroulant ;

  • Un capteur de luminosité ;

  • Un capteur de température ;

  • Un accéléromètre ;

  • Un capteur de mouvement ;

  • Un magnétomètre ;

  • Plein de ports permettant de connecter des composants électroniques ;

  • et bien plus encore...

Source: Micro:bit  

 

Au code citoyen !

Le Micro:bit se programme facilement dans une interface web, afin de concevoir des inventions mèlant programmation en lignes de code et électronique.

Blocks, Python, Javascript, Scratch: le langage est au choix. Il existe même une application Micro:bit pour Android et Apple.

L’utilisateur créé et écrit son code, qui sera compilé en ligne et pourra être ensuite téléchargé et transféré sur le Micro:bit.

 

Pour s’inspirer

Convaincu ? Venez rejoindre la communauté des Makers!

Vous pouvez trouvez des idées de projet sur le web. En voici quelques exemples:

https://microbit.org/fr/ideas/

http://tech.microbit.org/get-involved/where-to-find/ (Communauté Slack dédiée)

http://microbitfr.blogspot.com/

https://www.youtube.com/watch?v=5bBTvs9sjAo (projet pour débutant)

 

Ou mieux encore, passez au Club de Saverne: vous y trouverez d'autres fans et des animateurs prêts à vous renseigner!

Qui sait, peut-être que certains d'entre vous créeront la prochaine grande invention de demain.

 

Vous souhaitez avoir le vôtre?

Pour le 1e anniversaire du Club Graines2Tech, nous avons lancé un kit Graines2microbit. Vous pouvez nous contacter par ici pour en acquérir un ou passer au Club directement.


 

Notre Kit Graines2microbit en image:

  • la carte Micro:bit
  • le connecteur Edge pour Micro:bit

  • un cable usb

  • un servo moteur avec ses connecteurs

  • un accessoire surprise...

  • et 4 cartes défis pour débuter avec son Micro:bit





 

La Domotique - Projets DIY

Que pensez-vous de rendre votre maison plus « intelligente » ?
Que diriez-vous d’apporter des solutions techniques qui répondent à votre confort?
Au travers de ce blog je vais vous présenter quelques exemples qui rendent tout ça possible grâce à la domotique.
 
Voici ce que j’ai pour vous… et pour mon très cher collègue lolo smiley
 
Carillon (détecteur de passage)
Un petit projet qui est en cours de réalisation dans nos locaux, avec les jeunes de Graines2Tech et Antho leur animateur.
Il arrive que l’un de nous se retrouve seul dans les locaux suivant les activités, les déplacements des uns et des autres de notre sympathique petite équipe.
La configuration de nos locaux nous amène à ne pas toujours être dans la pièce principale où l’on accueille notre public. Afin d’être averti de l’entrée d’un visiteur, nous avons initié un projet de création d’un carillon (actuellement en cours de réalisation) durant les ateliers du mercredi qui sont répertoriés ici (Club de Saverne).
Le nôtre est un carillon simple, mais il en existe d'autres plus complexes. Prenez le temps d’aller voir ce sympathique carillon par exemple, certains fans seront ravis d’en réaliser un.
 
CCTV in progress (souriez, vous êtes filmé)
Comment transformer son Raspberry Pi en vraie tour de contrôle, ou passer en mode Close Circuit TeleVision!
L’heure des vacances est belle et bien finie, peut-être avez-vous eu une mauvaise surprise à votre retour ou tout simplement voulez-vous filmer votre animal de compagnie à l’insu de son plein gré ?
Vous êtes au bon endroit ici et  vous trouverez tout ce dont vous avez besoin pour réaliser un intéressant projet.
Pour cela un peu de matériel sera nécessaire. Vous aurez besoin d’un Raspberry Pi, un card SD, une alimentation et bien sûr une caméra.
 
La poste
Qui ne connait pas la fameuse comptine:
♫ Le facteur n’est pas passé, à la boîte aux leeeettres
Il ne passera jamais, car il est trop bêêêêête
Lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi, dimanche. ♪
Tout ça est de l’histoire ancienne, maintenant soyez le premier averti sur votre smartphone ou AppleWatch.
Le principe est simple: pouvoir être informé de l’ouverture de sa boîte aux lettres par le facteur.enlightened
Pour ce projet, l’achat d’un contacteur de porte est nécessaire, que vous fixerez au niveau de la porte. Une notification vous sera envoyée à chaque fois qu’un colis vous sera livré suite à l’ouverture de la porte. On pourrait imaginer une caméra (notre fameuse CCTV ci-dessus) qui pointe sur la boîte aux lettres pour avoir un visuel de la livraison. Une seule limite : votre imagination.
Vous trouverez tout ce dont vous avez besoin sur ce site.
 
Le smart poulailler
Par un matin d’été ensoleillé, un de mes collègues s’est levé d’humeur joyeuse comme souvent. Sur le trajet du boulot et après un trop léger petit déjeuner, il décide de construire un poulailler, tout en rêvant de sa futur omelette matinale.
Deux mois après, le poulailler est presque là, les poules toujours pas au fond du jardin, les œufs toujours au supermarché d’en face…smiley
Avant d’inviter ses nouvelles colocataires un peu d’innovation est à prévoir.
L’idée est de permettre un suivi de l’activité au sein du poulailler. Que penseriez-vous de contrôler la température du poulailler pour vous informer du gel ? Ou encore de vous informer quand procéder à la récolte des oeufs ?
Voici un lien vers lequel lolo pourra "domotiser son poulailler" afin de se simplifier la vie et également surveiller ses gallinacés.
 
Restons en contact, inscrivez-vous à notre newsletter, ou plus simplement contactez-nous pour savoir si les poules de lolo sont bien connectées.
 
Partagez vos commentaires et restez à l'écoute pour plus de news les jours à venir.
 
A bientôt dans un futur blog
Marc,
 

Nos projets coup de coeur en financement participatif

Le financement participatif, c'est la possibilité de faire financer un projet par un grand nombre de personnes. C'est l'occasion d'aider à l'émergence de nouveaux produits, avec une récompense en fonction du montant de sa participation: bien souvent, un exemplaire du produit développé.

Chez Graines2Tech, nous sommes à l'écoute de projets innovants ou qui sortent de l'ordinaire, et nous écumons régulièrement les sites de financement participatif tels qu'ulule, kickstarter et autres indigogo.

Dans ce billet, je vais vous parler de ces projets pour lesquels on a eu un coup de coeur!

 

Septembre 2015: La Chasse aux Bugs

Sur la plateforme ulule: https://fr.ulule.com/chasseauxbugs/

Une coccinelle sur un robot, une mission, des pions pour déplacer la coccinnelle et c'est parti!

Quand on nous parle de programmation sans écran, on est "toutouille"! Et quand on nous dit que c'est accessible à partir de 4 ans, c'est encore mieux. On est dans l'informatique qu'on peut toucher, et ça, qu'on soit jeune de 4 ans, ou jeune de 54 ans, c'est vraiment génial!

Octobre 2015: Robo Wunderkind

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/startrobo/robo-wunderkind-a-programmable-robot-for-kids-of-a?lang=fr

Parfois, avec les projets en financement participatif, il y a quelques soucis lors de la phase de production qui allongent les délais. Alors on trépigne, on vérifie ses emails souvent, et on est aux anges quand le colis arrive enfin! C'était le cas avec Robo Wunderkind.

Vous connaissez ces petites briques en plastiques qu'on emboîte? C'est un peu pareil mais avec des briques robotiques: moteurs, lumières, détecteurs en tous genres, tout est là! Il n'y a qu'à emboîter les briques façon puzzle pour en faire un robot. Une app arrive en complément pour contrôler le robot via de la programmation visuelle, tous les ingrédients sont là pour nous faire aimer ce petit robot!

Mars 2016: Cubetto

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/primotoys/cubetto-hands-on-coding-for-girls-and-boys-aged-3?lang=fr

Une légende parmi les projets en financement participatif! Je vous laisse faire un tour sur la page du projet, c'est assez parlant.

Que dire de Cubetto: dès qu'on le sort, on ne parvient plus à le remettre dans le carton. Quel que soit l'âge, il remporte toujours un franc succès: facile à utiliser, à la mode Montessori, c'est un peu un chouchou. Il a une bonne tête, il fait bipbip, et malgré son fonctionnement très simple, il permet d'aborder les structures de base de l'algorithmie. Il a vraiment tout d'un grand.

Mai 2016: The Bugs

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/482165730/the-bugs-the-cooperative-card-game-to-learn-progra?lang=fr

Toujours dans le monde du déconnecté, et sans pile cette fois-ci, voici The Bugs. Un jeu de carte coopératif avec différents modes de jeu, donc des niveaux de difficultés croissants. Idéal pour en profiter avec petits et grands!

L'objectif? Isoler des robots buggés avec des réseaux d'énergie. Tous les joueurs jouent donc ensemble pour s'occuper du petit robot rebelle. Au cours du jeu, différents aspects de la programmation sont abordés: séquence d'instructions, paramètres, exécution parallèle.

Août 2016: Marty

Sur la plateforme indiegogo: https://www.indiegogo.com/projects/marty-the-robot-education#/

Marty: qui es-tu? Marty marche, Marty danse, Marty joue au foot! Et oui, Marty peut faire tout ça, et bien plus encore.

Pour commencer, il faut construire Marty: jambes, bras, moteurs, quelques vis, et le tour est joué! Ensuite, il faut le programmer. Plusieurs possibilités sont offertes, dont la possibilité de programmation visuelle. Et comme Marty est imprimable en 3D, il est aussi extensible, ce qui le rend très attachant.

Juillet 2017: Apidou

Sur la plateforme ulule: https://fr.ulule.com/apidou/

Tous les projets n'arrivent malheureusement pas à terme. Apidou est un de ceux-là.

Apidou, c'est une peluche connectée. Des capteurs positionnés dans la peluche permettent de la faire interagir avec le monde virtuel, un peu comme une télécommande. Le concept nous a beaucoup plu et c'est une ressource que nous aurions bien aimé pouvoir mettre à disposition dans nos Clubs. Avec son interface en mode programmation visuelle, nous sommes sûrs qu'il aurait fait le bonheur des grands et des petits!

Octobre 2017: Botaki

Sur la plateforme ulule: https://fr.ulule.com/botaki/

Dans la boîte, il y a: un jeu, des graines, un pot, de la terre. Wow! L'idée, c'est d'avoir une interaction entre les personnages du jeu et les plantes qu'on fait pousser chez nous, dans le monde réel. Oui, oui, vraiment! Parce que finalement, un jeu dont l'objectif est de devenir un meilleur jardinier, c'est quand même top.

Octobre 2017: Potato Pirates

Sur la plateforme kickstarter: https://www.kickstarter.com/projects/codomo/potato-pirates-the-tastiest-coding-card-game?lang=fr

Celui-là, c'est mon coup de coeur perso je dois dire. Au programme: frites, purée, ou patates rôties, le tout sur fond de piraterie! Ah oui, les basiques de la programmation par-ci par-là...

D'ailleurs, Marc veut passer un message: "vous gagnez tout le temps, c'est la dernière fois que je joue avec vous! cheeky"

La chasse aux bateaux est ouverte, du bonheur en mode patate!

Review Anet A8

Review - Imprimante 3D Anet A8

Je vais vous parler de notre nouvelle venue: Arachne. Une cracheuse de fil, une imprimante 3D ! Une Anet A8 pour être précis. Le constructeur chinois Anet s’est inspiré de la Prusa i3 pour réaliser son modèle A8.

Petite présentation

Côté caractéristiques, la A8 est composée d’un cadre en acrylique noir, découpé au laser. Elle dispose d’un plateau chauffant en aluminium, pour un volume d’impression de 220 x 220 x 240 mm. Elle est compatible avec plusieurs types de filaments d’impression, ABS / PLA / bois / nylon PVA / PP / luminescent.

Côté performances, la A8 dispose d’une seule buse, de diamètre 0,4mm, pour une épaisseur de couche de 0,1 à 0,3 mm. La buse accueille un filament de diamètre 1,75 mm. La vitesse d’impression maximale est de 100 mm/s.

Côté logiciel, l’Anet A8 est compatible avec les logiciels de slicing Cura, Simplify3D, et bien d’autres. En effet pour lancer une impression, il faut placer votre fichier gcode, obtenu après découpage par votre logiciel, sur une carte SD. Ce qui permet le support de plusieurs types de fichiers 3D (.obj, .stl, etc.), mais également de plusieurs types de systèmes d’exploitations (Windows, Mac, Linux), pour peu que vous puissiez y installer un logiciel de slicing compatible.

Côté prix, cette imprimante est proposée à environ 150€ sur des sites comme GearBest ou Banggood. J’imagine que le fait que cette imprimante soit livrée en kit à monter soi-même explique en partie ce prix faible.  Oui, vous avez bien entendu: il faut monter soi-même son imprimante! Place au montage…

Montage et calibrage

Le montage de l’Anet A8 n’est pas bien compliqué, vous trouverez assez facilement des vidéos YouTube ou autres ressources sur Internet, qui vous guideront dans le montage de cette imprimante. Arachne dans toute sa splendeur!

La structure est très simple à monter, vous allez principalement visser des boulons. Ah oui, et déshabiller les pièces de la structure en acrylique! Cela devrait tout de même vous prendre 3 bonnes heures, voir plus si comme moi vous avez de gros doigts … Qui a eu l’idée d’inventer des vis aussi petites ?! smiley Note : s’y mettre à deux, c’est plus sympa!

Le câblage se fait également très simplement, la “carte mère” est équipée de deux connecteurs femelles à côté desquels est indiqué le connecteur mâle qu’elles accueillent. Impossible de se tromper: il faut juste savoir lire! wink

Le seul point auquel il faudra prêter une attention toute particulière, sera la câblage de l’alimentation. Un mauvais câblage peut engendrer de graves problèmes, griller votre Anet ou pire, y mettre le feu ! Mais encore une fois, pas de panique, vous trouverez facilement des ressources sur Internet pour vous guider. Même si c’est un point sensible, il n’est pas plus difficile que le reste du montage.

Comptez tout de même environ 2 heures pour le câblage et la mise en place des gaines (oui c’est toujours plus sympa des câbles bien rangés et ordonnés yes).

 

Montage: ok ! Câblage: ok ! Place à notre première impression.

La première impression

Calibrage fin à l'aide d'une feuille de papier

Arachne est enfin prête à cracher son premier filament ! Avant toute chose il faut la calibrer. La phase de calibrage se divise en 2 étapes, la première consiste àCalibrage: fin de course de l'axe Z, buse à 2-3mm du plateau placer le capteur de fin de course de l’axe Z de manière à ce que la buse soit à 2-3 mm du plateau (ne soyez pas comme moi, serrez le plateau au maximum, vous économiserez un montage démontage du capteur blush ).

La deuxième phase consiste à faire remonter le plateau de manière à ce qu’une feuille de papier puisse passer entre le plateau et la buse (la buse doit légèrement “gratter” la feuille). Effectuez cette opération sur les 4 coins du plateau et vous serez prêt à lancer votre première impression !

 

PLA en place, buse et plateau chauds, c’est parti, première impression lancée !

Le cube de calibrageAraignée de mer? Ou vagues dans l'impression?Et premier couac: le moteur gauche ne remonte plus correctement, la structure de l’imprimante se tord, c’est le drame ! Je débranche rapidement l’imprimante et tente de comprendre ce qui vient de se passer. Après 3 bonnes heures de recherche, montage/démontage des moteurs, vérification et re-vérification des câblages, rien d’anormal… Mon dernier espoir: graisser les axes et les tiges filetées. La solution ne peut pas être aussi simple… Et bien si ! Un petit coup de graisse, on relance l’impression (un cube de calibrage), et c’est parti: la pièce ressort propre, aux bonnes dimensions, aucun autre réglage n’est à prévoir. Il arrive aussi que les courroies ne soient pas assez serrées, vous verrez alors des “vagues” dans votre impression; le fameux cube vous permettra alors de savoir sur quel axe il faut resserrer les courroies.
 

La qualité de l’impression est plutôt bonne, vue le prix de l’imprimante (150€). Mais on peut obtenir une meilleure qualité en améliorant notre A8. Ça tombe bien, c’est notre prochain sujet !

Les améliorations

La principale qualité, selon moi, de cette imprimante est le fait qu’elle soit améliorable : vous trouverez de nombreuses pièces à imprimer sur des sites comme Thingiverse ou autres. Et oui : vous pouvez utiliser votre imprimante 3D pour imprimer des pièces pour l’améliorer, c’est fou !surprise

Je me propose donc de vous présenter les améliorations que nous avons apportées à notre petite Arachne et celles que nous comptons ajouter.

Les améliorations déjà mises en place

Les améliorations d'Arachne
  • Support de bobine de fil : cette amélioration va simplement permettre à votre bobine de fil de s'écouler plus facilement.

  • Guide fil (1): pour éviter que votre fil ne reste accroché sur un coin de votre imprimante.

  • Ventilateur de buse circulaire (2): pour le refroidissement de votre pièce, ce qui améliorera la qualité de vos impressions.

  • Les coins en T (3): ces deux coins vont vous permettre de rigidifier la structure de votre imprimante, ce qui améliorera également grandement la qualité de vos impressions.

  • Les tendeurs de courroie X (4) et courroie Y (5): pratique pour régler facilement la tension des courroies.

  • Les attaches courroies : elles vont vous faire économiser un maximum de serflex !

  • Les guides ressort (6): ces petites pièces vont permettre aux ressorts du plateau de rester dans l’axe, et vous éviter de petites surprises si d’aventure un de ces derniers venait à se désaxer.

  • Le bouton d'embrayage (7): votre pouce vous remerciera à chaque changement de fil, croyez-moi !

 Les améliorations prévues

  • Un plateau en verre : le scotch de peintre c’est drôle 5 minutes, mais à la longue, devoir le remplacer toutes les 2 impressions, devient assez lourd. Un plateau en verre permet de s’affranchir du scotch ; prévoir deux plateaux pour enchaîner les impressions et nettoyer le plateau inutilisé.

  • Support vertical de bobine : pour un gain de place en plaçant le support au-dessus de l’imprimante.

  • MOSFET : cette amélioration devrait permettre un meilleur contrôle des moteurs et éviter une surchauffe de la carte mère.

  • L’ajout d’un Raspberry-pi + Octoprint : pour pouvoir lancer des impressions à distance, se passer de la fastidieuse étape du copier/coller sur carte SD et suivre l’impression en cours grâce au module caméra du Raspberry-pi. Ce sera probablement l’objet d’un projet lors de nos ateliers, avis aux amateurs!

  • Un bouton d'alimentation : oui, il n’y en a pas par défaut sur la A8. Il faut débrancher l’imprimante pour l’éteindre … pas très pratique lorsqu’une impression ne se déroule pas comme prévu ! Ça vous évitera quelques sprints ! Note : une bonne multiprise peut aussi faire l’affaire.

Bilan

Points positifs

  • Le prix : 150€.

  • La qualité d’impression : pour son prix, la qualité de l’impression avec une imprimante sans améliorations est très correcte.

  • Les possibilités d’amélioration : en effet, tout, absolument tout est modifiable sur la A8, c’est son gros point fort !

 Points négatifs

  • Des améliorations quasi vitales : comme dit plus haut, le fait de pouvoir améliorer la A8 est son plus gros point fort; cependant certaines de ces améliorations sont, selon moi, vitales, ce qui augmente légèrement le prix de base et peut rebuter certains débutants.

  • L’absence de bouton d’arrêt : nous avons vu dans les améliorations qu’une des améliorations que nous comptons mettre en place était un bouton d’arrêt. C’est une de ces améliorations vitales. Cette absence est, selon moi, incompréhensible, voire dangereuse.

  • La stabilité de la structure :  la structure, bien que solide, n’est pas suffisamment stable, ce qui vous amènera à imprimer des supports pour améliorer cette stabilité, encore une amélioration vitale !

Pour conclure, si vous aimez mettre les mains dans le cambouis, comprendre comment ça fonctionne, la Anet A8 est une bonne introduction au monde des imprimantes 3D, surtout vu son prix !

En revanche, si vous ne vous sentez pas à l’aise avec le montage et l’amélioration de votre imprimante, ou simplement que vous ne voulez ou ne pouvez pas y consacrer du temps, vous trouverez d’autres modèles prêts à l’emploi, certes plus chers, mais fonctionnels directement après déballage.

Pour notre part, nous sommes très heureux de cet achat, nous avons appris énormément de choses sur l’impression 3D lors de nos différents essais de calibrage et d’impressions. Et elle a rapidement servi pour de nouveaux prototypes!

 

À la prochaine pour un nouveau test de matériel !

— 20 Articles par la page
Affichage des résultats 1 - 20 parmi 56.

Derniers blogs Derniers blogs

Vous avez dit Raspberry Pi ?

Temps de lecture: 4min &nbsp; Vous entendez parler de Raspberry Pi, vous voyez la fameuse framboise ci-dessus sur un peu tous les blogs d’électronique et vous aimeriez savoir à... Lire la suiteÀ proposVous avez dit Raspberry Pi ? »

Un public varié

Comme pour n'importe quelle activité, nous cherchons à savoir quel public est intéressé par nos ateliers Graines2Tech. Note: attention au second degré qui épice cet article de part en part ... Lire la suiteÀ proposUn public varié »

EUCodeWeek chez Graines2Tech

EUCodeWeek pour nos Graines de Tech: programmation avec code.org Lire la suiteÀ proposEUCodeWeek chez Graines2Tech »

De la 3D à la médiathèque de Sélestat

Atelier 3D à la médiathèque de Sélestat: du plan à la réalité augmentée, en passant pas la modélisation. Lire la suiteÀ proposDe la 3D à la médiathèque de Sélestat »